FANDOM



Les Arathi formaient jadis une des tribus humaines peuplant Lordaeron dans les temps jadis. Vers 2800 avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, sous la houlette de son seigneur de guerre, Thoradin, ce peuple parvint à unifier l'humanité sous la bannière du royaume d'Arathor.

Histoire

Les Arathi formaient jadis une tribu humaine qui vivait au nord-est des territoires humains à la frontière de l'empire Amani, aussi connaissaient-ils fréquemment des escarmouches avec les trolls. Vers 2800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, la multiplication des incursions trolles en territoire humain au cours des dernières décennies poussa les Arathi à unifier l'humanité dans l'espoir de résister aux trolls. Sous la houlette de leur seigneur de guerre, un maître tacticien et stratège répondant au nom de Thoradin, ils se lancèrent dans une campagne visant à soumettre l'ensemble des tribus, que ce soit par la force ou la diplomatie. Dans certains cas, Thoradin remporta des alliances via des mariages politiques, dans d'autres cas il montait ses rivaux les uns contre les autres et ce n'est qu'en de rares occasions qu'il fut contraint de conquérir les tribus les plus belligérantes.[1]

Ce fut notamment le cas de la tribu Alteraci, un peuple farouche vivant dans les montagnes d'Alterac. Au bout de plusieurs semaines de combats, dans l'optique d'éviter des massacres inutiles, Thoradin changea de stratégie. Il abandonna son armure, se fit peindre le torse de symboles arathis et muni de son estramaçon Strom'kar, il partit vers la montagne pour défier en combat singulier le chef des Alteraci, Ignaeus. Bien que ce dernier dominait Thoradin, que ce soit par sa force ou par sa taille, le chef des Arathi profita de la brume qui régnait ce jour-là pour esquiver tous les coups d'Ignaeus avant de le désarmer. Mais au lieu de l'achever, Thoradin planta son arme dans le sol et tendit la main à son adversaire en guise de paix, ralliant ainsi les Alteraci à sa cause.

Vers la fin de la campagne des Arathi, la seule tribu suffisamment puissante pour menacer le rêve d'unité de Thoradin était installée dans les clairières de Tirisfal et dirigée par un dénommé Lordain. Sachant qu'une démonstration de force ne suffirait pas pour s'assurer la loyauté de la tribu, Thoradin fit appel à ses croyances religieuses. Lui et sa garde rapprochée entreprirent un pèlerinage dans les sanctuaires et bosquets sacrés de la région et le chef arathi se prêta un certain nombre de rituels, comme le voulaient les traditions du peuple de Lordain, allant même jusqu'à porter un pendentif représentant la main d'argent, un symbole sacré aux yeux des habitants de Tirisfal. À la fin e son pèlerinage, Thoradin alla à la rencontre de Lordain et lui promit que lui et sa tribu adopteraient sa religion s'il acceptait de lui prêter allégeance. Enfin, pour preuve de bonne volonté, il se trancha la paume de sa main avec Strom'kar et mêla son sang à la terre de Tirisfal avant de déclarer "Que ce sang soit le seul versé entre nos deux peuples", ralliant ainsi Lordain et les siens à sa cause.[2]

Finalement, au terme de 6 ans de campagne, les Arathi soumirent les autres tribus, mais à la grande surprise des vaincus, Thoradin ne régnait pas en tyran. Il offrit la paix et l'égalité à ses anciens rivaux et promit que les chefs tribaux serviraient en tant que généraux honorés, gagnant ainsi la loyauté de tous ses anciens adversaires. Suite à cela, Thoradin fut couronné roi et unifia l'ensemble des tribus humaines sous la bannière du royaume d'Arathor.[1]


Références

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.