FANDOM



L'empire noir fut la toute première civilisation que connut Azeroth. Apparue à l'arrivée des Dieux très anciens, cette faction parvint à asservir les élémentaires natifs de la planète et à prospérer pendant des millénaires. Elle fut cependant détruite suite à une guerre opposant les Dieux très anciens et leurs serviteurs au Panthéon et les Forgés par les Titans.

Histoire

L'arrivée des Dieux très anciens

Quand les seigneurs du Vide, des entités vivant en dehors de l'univers physique, apprirent l'existence des Titans, ils cherchèrent à corrompre l'un d'eux pour en faire l'instrument de leur volonté. Ils concentrèrent alors leurs énergies pour invoquer une multitude de Dieux très anciens et les disperser à travers l'univers physique.[2] Quatre d'entre eux s'écrasèrent sur Azeroth, une planète renfermant l'âme-monde la plus puissante connue à ce jour, répartis sur l'Ancienne Kalimdor, Y'Shaarj au centre, Yogg-Saron au nord, N'Zoth à l'est et C'Thun au sud-ouest. Ces derniers commencèrent alors à corrompre les terres avoisinantes et à enfoncer leurs racines jusqu'au centre de la planète.

De leurs corps massifs naquirent alors deux races, les Aqir, des insectoïdes faisant office d'ouvriers, et les N'raqi, plus connus comme les Sans-Visage, qui étaient employés comme chefs tyranniques. Grâce à leurs nouveaux serviteurs, les Dieux très anciens firent construire des villes-temples autour d'eux et étendirent leur influence sur tout le continent, donnant naissance à l'empire noir.


La guerre contre les élémentaires

Mais les esprits natifs d'Azeroth, menés par Ragnaros, le seigneur du Feu, Al'Akir, le seigneur des Vents, Therazane, la Pierre-Mère et Neptulon, le Chasse-marée, virent en l'ascension de l'empire noir une remise en cause de leur suprématie et pour la première fois de leur histoire, les quatre seigneurs élémentaires collaborèrent pour combattre les Dieux très anciens. Ainsi, tandis Ragnaros et Al'Akir travaillaient de concert pour générer de redoutables cyclones de feu, Therazane dressait remparts de roche pour regrouper ses ennemis et briser leurs villes-temples tandis que Neptulon et ses sbires déchainaient sur eux les flots pour les écraser contre la pierre.

Mais en dépit de tous leurs efforts, d'autres Aqir et N'raqi ne cessaient de jaillir de leurs sombres maitres pour remplacer ceux tombés au combat et de par leur nombre, ils submergèrent les forces élémentaires et les brisèrent tandis que les Dieux très anciens les asservissaient eux et les quatre seigneurs élémentaires. Ainsi, l'empire noir prospéra pendant de nombreuses ères, bien que les Dieux très anciens se livraient sans cesse mutuellement des conflits.[3]


La guerre contre le Panthéon

Mais quelques millénaires plus tard, le Panthéon découvrit Azeroth et l'âme-monde que la planète hébergeait et chercha à détruire l'empire noir. Craignant qu'une intervention directe de leur part ne blesse l'âme-monde, les Titans créèrent une armée de serviteurs, aujourd'hui connus comme les Forgés par les Titans, menés par neuf gardiens bénis par les Titans.[4] Ces derniers démarrèrent le conflit en attaquant le nord du continent, éradiquant des légions entières de Aqir et de N'raqi et détruisant leurs temples. Les dieux très anciens firent alors appel aux seigneurs élémentaires et leurs serviteurs, mais ces derniers furent divisés et vaincus avant d'être bannis dans des plans élémentaires crées par la sorcière Forgée par les Titans Helya et le gardien Ra. Plus tard, le gardien Archaedas fit s'écrouler les catacombes dans lesquelles séjournaient les Aqir, les forçant à sortir avant d'être massacrés par les armées du Panthéon qui parvinrent à exterminer la majeure partie de la race, contraignant les derniers rescapés à s'enfuir dans des galeries souterraines.[5]

Forts de ces premiers succès, les Forgés par les Titans lancèrent une attaque contre la ville-temple abritant Y'Shaarj. Au bout d'incessantes batailles face aux N'raqi, les soldats des Titans pénétrèrent finalement dans la cité et commencèrent à attaquer directement le Dieu très ancien, mais ce dernier se révéla plus puissant qu'ils ne le craignaient et il empoisonna leurs esprits, faisant ressurgir leurs peurs et noircissant leurs âmes. Le Panthéon craignant que leurs adversaires ne prennent le dessus, se décida à agir directement. Aman'Thul, le chef du Panthéon lui-même, saisit Y'Shaarj et l'arracha à la croûte terrestre d'Azeroth d'une simple traction du bras. Mais la mort du Dieu très ancien créa une plaie béante à sa surface (plus tard soignée et baptisée le Puits d'éternité) et anéantit des centaines de Forgés par les Titans. Craignant que la mort des autres Dieux très anciens provoque celle de l'âme-monde, les Titans ordonnèrent à leurs serviteurs de les neutraliser et de les enfermer.

Ainsi après leur défaite, pendant qu'Archaedas construisait autour d'eux d'immenses chambres souterraines, le gardien Mimiron renforcer les complexes avec d'immenses machines tandis que le gardien Loken appliquait un enchantement qui neutralisait leurs maléfices. Si C'Thun et N'Zoth purent être contenus sans véritable imprévu, Yogg-Saron se révéla plus coriace. Ce dernier fit en effet appel aux C'Thraxxi, des N'raqi bien plus forts et intelligents que leurs semblables qui se ruèrent aussitôt sur les armées du Panthéon, décimant leurs rangs. Quand les Forgés par les Titans atteignirent finalement le Dieu de la Mort, ils étaient en sous-effectifs et très affaiblis. Mais alors que la situation semblait perdu, le gardien Odyn rassembla ses forces et lança une contre-attaque couplée avec un sort d'illusion de Loken, montant Yogg-Saron et ses serviteurs les uns contre les autres, au cours de laquelle le dernier Dieu très ancien fut vaincu, marquant la fin de l'empire noir.[6]


Galerie

Références

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.