FANDOM


La Guerre de l'Araignée était un conflit qui sévit au Norfendre vers 19 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres et qui vit s'opposer le Fléau du Roi Liche au royaume souterrain d'Azjol-Nerub. La guerre se solda par la mort de la quasi-totalité des nérubiens qui furent pour la plupart réanimés en morts-vivants qui rejoignirent les rangs du Fléau.

Déroulement

Aux alentours de 19 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres, tandis que Thrall libérait les orcs et formait la nouvelle Horde en Lordaeron, le Fléau, récemment crée par Ner'zhul, désormais connu comme le Roi-liche, continua de gagner en puissance au Norfendre. Mais alors que le Roi-liche étendait son influence sur le pays, il fit bientôt face aux forces d'Azjol-Nerub qui commencèrent à attaquer les positions du Fléau dans la Couronne de glace. Ce royaume souterrain, fondé par une race insectoïde nommée les nérubiens, était constitué d'un vaste réseau de galeries qui s'étendait sous la moitié du Norfendre en plus de disposer d'une vaste armée. Ner'zhul découvrit également à sa plus grande frustration que ses ennemis étaient immunisés contre la peste en plus d'être insensibles à ses pouvoirs télépathiques. Pendant un certains temps, les nérubiens empêchèrent le Fléau de s'établir durablement en Norfendre en usant sans cesse de tactiques de harcèlement par raids sur les bastions du Roi-liche.

Ner'zhul finit cependant par gagner le conflit à l'usure. Grâce à ses innombrables guerriers et l'aide des seigneurs de l'effroi, il envahit Azjol-Nerub et fit s'écrouler les temples des seigneurs-araignées sur leurs têtes.[1] Acculés, les survivants nérubiens tentèrent d'échapper aux morts-vivants en creusant des galeries plus profondes mais de ce fait, ils pénétrèrent dans le domaine du Dieu très ancien Yogg-Saron qui envoya ses serviteurs sans-visages massacrer les intrus.[2] Après la chute du royaume souterrain, le Roi-liche mit à profit ses pouvoirs nécromanciens grandissant pour réanimer les cadavres des guerriers nérubiens morts au combat et adopta leur style architectural pour ses propres bâtiments en hommage à leur ténacité et leur courage.[1]


Références