FANDOM


Ignaeus Trollemort était un humain ayant vécu à l'époque de la création du royaume d'Arathor et des Guerres trolles, 2800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres. Doté d'une force, d'une taille et d'une sauvagerie supérieures aux autres humains et d'un courage exemplaire, il fut chef de la tribu Alteraci avant de devenir l'un des plus prestigieux généraux d'Arathor.

Connu pour ses escarmouches contre les Amani qui lui valurent le surnom de Trollemort, il participa aux Guerres trolles et donna naissance à la lignée du même nom qui fut notamment à la tête du royaume de Stromgarde qui prospéra pendant des siècles.

Histoire

La création d'Arathor

Ignaeus naquit et grandit dans les montagnes d'Alterac au sein de la tribu Alteraci. Ses qualités lui valurent plus tard d'en devenir le chef. Mais un jour, un seigneur de guerre ambitieux de la tribu Arathi nommé Thoradin entreprit d'unifier toutes les tribus humaines au sein d'un même royaume. Les Alteraci se montrèrent particulièrement hostiles à l'idée de se rallier à Thoradin et ils bataillèrent farouchement sur les pentes des montagnes d'Alterac. Voyant que la situation n'évoluait pas, Thoradin provoqua le chef montagnard en duel durant lequel les participants ne porteraient pas d'armure et ne seraient équipés que de leurs armes. Mais malgré sa supériorité en force et en taille, Ignaeus rata tous ses coups, Thoradin profitant du brouillard qui recouvrait les montagnes ce jour-là pour toutes les esquiver avant de désarmer l'Alteraci. Mais au lieu de l'achever, il planta son arme au sol et lui tendit la main en signe de paix, ralliant le chef et toute sa tribu à Thoradin qui ne tarda pas à faire de même pour les autres tribus avant de fonder Arathor.[3]

Durant les jeunes années de ce royaume, Ignaeus devint l'un des généraux favoris de Thoradin avec Lordain et le roi chargea alors ces derniers de sécuriser la frontière. Les deux humains menèrent à bien leur mission pendant de nombreuses années malgré des mentalités très différentes, en effet, là où Lordain se contentait d'éliminer les trolls qui franchissaient la frontière, Ignaeus privilégiait les expéditions au cœur de l'empire Amani où ses sanglantes escarmouches lui valurent plus tard le surnom de Trollemort.[4]


Les Guerres trolles

Au fil des années, les deux généraux firent part de rapports de plus en plus inquiétants au sujet d'une sanglante guerre qui faisait rage entre les trolls et les hauts-elfes et qui ravageait les contrées les plus au nord des Royaumes de l'Est et d'une magie noire de plus en plus utilisée par les Amani pour invoquer de puissants loas. Si dans un premier temps, les humains demeurèrent passifs durant la première partie des guerres trolles, Thoradin changea d'avis quand des émissaires hauts-elfes arrivèrent à Strom, la capitale d'Arathor, et lui firent part de la puissance de l'empire Amani. Le roi accepta de former une alliance avec les hauts-elfes, demanda la formation de 100 mages humains, construisit une forteresse à Alterac et depuis ce nouveau bastion, il mena ses armées au cœur des forêts Amani. Ignaeus eut un rôle dans les guerres trolles en servant d'avant-garde aux côtés de Lordain, massacrant tous les trolls se dressant sur leur passage et détruisant tous les avants-postes qu'ils trouvaient.[5]


Héritage

Ignaeus Trollemort fonda la lignée du même nom qui devint une des familles de nobles les plus influentes du royaume. Durant la division d'Arathor, 1200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, cette même famille fut la seule à rester à Strom qui était alors désertée par ses nobles les plus influents qui s'installèrent à Lordaeron, y compris les descendants de Thoradin qui voyagèrent au sud et fondèrent le royaume Hurlevent. Les trollemort rebâtirent alors l'infrastructure croulante de Strom et renommèrent la capitale Stromgarde qui finit par devenir la capitale d'un nouveau royaume du même nom.[6]


Notes

Au même titre que d'autres grand guerrier, Ignaeus Trollemort devait à l'origine apparaître au séjour céleste, le domaine de classe des guerriers.


Gallerie


Références