FANDOM


Originaire de Draenor, les Ogres sont des créatures violentes et imposantes vivants en tribu, très répandues sur les zones qu'elles colonisent en participant à des raids violents, notamment lors de la Première Guerre.

Histoire

Origine

Bien des années avant l'apparition des Ogres, Draenor était le théâtre d'une guerre opposant la flore de la planète, connue sous le seul nom de Lacis, et dont les plus puissants représentants étaient les Mégaspores, à Grond, un géant de pierre crée par le titan Aggramar. Au bout de plusieurs millénaires de lutte, la dernière mégaspore, Botaan, tua Grond. Mais la défaite du géant, des fragments de son corps s'animèrent sous forme de plus petites créatures nommées les Colosses, qui continuèrent de combattre le Lacis. Au cours du conflit qui s'en suivit, les fragments des colosses tombés au combat donnèrent à leur tour naissance à la race des Magnarons.

Par la suite, les Colosses finirent par détruire le Lacis en tuant Botaan qui, dans son râle d'agonie, relâcha des spore imprégnées de l'Esprit de Vie. Sous leurs effets, certains magnarons, ainsi qu'une partie de leurs descendants, dégénérèrent progressivement en créatures de chair, donnant ainsi graduellement naissance aux Gronns, aux Ogrons, aux Ogres puis aux Orcs.[1]


L'Ère de l'Ordre

2000 à 1200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Leur population étant jadis restreinte par les incessants conflits opposant les Briseurs aux Primordiaux, la défaite de ces derniers face à la civilisation apogide permit aux Ogres de se développer, sans craindre de voir leurs sociétés bourgeonnantes étouffées par les Primordiaux.[2] Au cours des premières années de cette période, qui deviendrait plus tard connue comme l'Ère de l'Ordre, un chef ogre rusé décréta que les désaccords au sein de son clan se régleraient par des combats entre esclaves interposés. Avec le temps, cette pratique finit par s'étendre, faisant chuter le taux de mortalité des Ogres, et ouvrant un nouvel âge d'or du développement pour l'ensemble de la race.[3]


Le joug des Ogrons et la révolution ogre

1200 à 1000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Au moment de la chute de la civilisation apogide, les Ogres connurent une nouvelle hausse démographique avant de se disperser à la surface du monde. Rapidement, ils se mirent à craindre l'attention des Ogrons, plus grands et plus forts qu'eux. Au fil des temps, ces derniers soumirent la majeure partie des Ogres de Draenor qu'ils employèrent comme esclaves. Le mieux que pouvait espérer un clan vaincu était d'être envoyé à la bataille comme combattants jetables face à d'autres tribus ogronnes. Les ogres malades, faibles ou vieillissants étaient d'ordinaire offerts en sacrifices vivants aux Gronns pour les apaiser et les empêcher d'attaquer les territoires ogrons.[2]

Un jour, un ordre de sorciers arakkoa nommés les Skalaxi, alors dirigés par un dénommé Yonzi, chercha à mettre la main sur un dépôt de cristaux apogides, ensevelis sous les ruines d'une colonie apogide côtière de Talador, désormais occupée par une tribu ogronne. Après quelques vaines tentatives de négociation avec les Ogrons, et ne pouvant rivaliser avec la force physique des géants, les arakkoa cherchèrent à pousser leurs esclaves ogres à la révolte. Les Skalaxi les approchèrent en secret et leur proposa de leur enseigner les rudiments de la magie arcanique. Les Ogres se révélèrent être d'excellents étudiants, du fait de leur affinité naturelle avec les Arcanes, qu'ils avaient hérité de Grond. Le plus prometteur de ces disciples était un dénommé Gog, en qui les Skalaxi virent le chef parfait pour inspirer une rébellion à grande échelle.

Mais contre toute attente, Gog se mit en marche, non pas contre les Ogrons, mais contre les Gronns, que ses maîtres craignaient et vénéraient comme des dieux. Muni de ses nouveaux, il abattit cinq de ces géants à lui tout seul. Quand la nouvelle de ses exploits atteignit l'ensemble du peuple des Ogres, la peur que leur inspirait les Ogrons disparut. Ainsi, quand Gog, surnommé "Tueur-de-gronns", revint auprès des siens, il n'eut aucun mal à les pousser à se soulever. S'en suivit un conflit entre les deux races qui, au terme de sanglants affrontements, se termina par la défaite des Ogrons qui, quand ils ne furent pas démembrés, ont été contraints à fuir et à se disperser à travers le monde.

Plus tard, alors que Gog et ses semblables fêtaient leur victoire, Yonzi et ses sorciers se rendirent discrètement dans les ruines apogides qu'ils fouillèrent à la recherche des reliques convoitées. Gog, qui ne voyait aucun intérêt à laisser s'échapper une telle source de pouvoir, mit rapidement fin à leurs actes. Il se proclama Gorgog, "roi Gog", et déclara qu'il était le dirigeant de la colonie qu'il rebaptisa Goria, "Trône du roi". Puis il ordonna aux Arakkoa de quitter la région, sous peine de mort. Peu après leur départ, ces derniers, enragés par le comportement de Gog, entreprirent de reprendre ces terres par la force. Au cœur de la nuit, Yonzi et ses alliés frappèrent la cité. Soutenus par ses disciples et ses innombrables sujets ogres libérés, Gog repoussa l'attaque, et captura Yonzi qui fut rapidement mis à mort, dissuadant depuis les Arakkoa de lancer toute nouvelle incursion sur les terres des Ogres.


L'expansion de l'Empire gorien et l'ascension des Orcs

1000 à 400 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Goria, la capitale ogre

Illustration de Goria, la capitale de l'Empire gorien

La révolte des Ogres marqua la naissance de l'Empire gorien qui, avec le temps, s'imposerait comme l'un des pouvoirs majeurs de Draenor. Bien que les Ogres n'étaient pas obsédés par la conquête, ils prirent le contrôle d'importants territoires sur tout le continent. Les ogrons et les gronns vagabonds étaient chassés pour ouvrir la voir vers de nouvelles colonies et cités, le tout relié par un réseau de commerce avancé, sur terre comme sur mer. Parmi ces nouveaux avants-postes, les plus importants étaient Cognefort, à Nagrand, et le Bastion de Flèchelame, dans la Crête de Givrefeu, depuis lesquels les Ogres repoussaient constamment les frontières de leur empire. En dépit du développement florissant de ces nouvelles cités, Goria demeura la capitale de la société ogre, ainsi qu'un éminent lieu d'apprentissage pour ceux qui souhaitaient pratiquer la magie. Les cristaux apogides devinrent en parallèle très recherchés, en particulier par les sorciers ogres les plus expérimentés, qui les convoitaient pour affiner leurs connaissances des arts arcaniques.

Au fil des siècles, la pratique de la sorcellerie et l'exposition prolongée à la magie arcanique engendra des effets secondaires au sein de la population : certains ogres naissaient parfois avec deux têtes. Cette caractéristique devint rapidement un synonyme de bon présage, ces ogres étant destinés à devenir des lanceurs de sorts incroyablement doués. Avec le temps, les arcanistes de Goria développèrent même des sortilèges capables de reproduire ce phénomène, provoquant l'apparition d'une deuxième tête chez les ogres normaux, les rendant plus intelligents en plus d'accroître leur affinité avec la magie.[4]

En parallèle, le renversement des Gronns et des Ogrons pendant la révolution ogre permit aux Orcs de prospérer à leur tour. Peuple jadis reclus dans les grottes de Gorgrond, la défaite des Briseurs les poussa à coloniser la surface et à s'installer sur l'ensemble du continent.[5] La plupart des clans orcs vivant en bordure des territoires ogres, les deux peuples s'affrontaient parfois pour des questions de territoire, mais ils ne s'engageaient jamais dans une guerre ouverte.[6] La seule exception était le clan Chanteguerre, qui prospérait dans les plaines de Nagrand, et qui combattait en permanence les ogres de Cognefort pour maintenir sa présence dans la région.[5] De leur côté, les Goriens ne s'intéressaient pas aux Orcs, qu'ils craignaient peu, leur attention étant principalement centrée sur la recherche de cristaux apogides et autres sources de pouvoir dispersés dans le monde.


La guerre contre les Orcs

403 à 400 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Le Trône des éléments

Au fil des générations, les Orcs se tournèrent de plus en plus vers le chamanisme et la vénération des esprits élémentaires de Draenor. Les Goriens ne prêtèrent au départ aucune attention à cette nouvelle forme de magie, qu'ils considéraient comme de vulgaires tours de passe passe. Mais ils finirent par réaliser son potentiel quand ils virent un vieux chaman orc détourner une crue subite pour sauver un village. Leur dirigeant, l'imperator Molok, envoya une armée pour revendiquer le temple orc du Trône des éléments, principal lieu de pouvoir des esprits élémentaires de Draenor. Au moyen de leurs sortilèges arcaniques, les sorciers de l'expédition disséquèrent le Trône et examinèrent chaque parcelle du site. Ce qu'ils ignoraient, c'est que le temple était la tête de Grond, crée à partir de la magie élémentaire de Draenor et des pouvoirs arcaniques d'Aggramar. Un jour, la dissonance entre les sortilèges des Goriens et la magie résiduelle du temple provoqua une explosion qui fit voler en éclats le site, tuant au passage tous les sorciers de l'expédition. La destruction du site eut pour effet de déstabiliser les éléments et provoquer une série de catastrophes naturelles qui ravagea le monde. Mais Molok n'était pas pour le moins découragé. Désormais convaincu du véritable pouvoir des éléments, il envoya d'autres sorciers sur le site pour continuer de l'étudier.[6]

Les clans orcs de rassemblent pour la guerre

Illustration de l'union des clans orcs contre l'Empire gorien

Mais en parallèle, le trouble élémentaire ébranla l'ensemble de la société orque qui peinait à s'en remettre. À l'initiative des chamans orcs et de leur plus vieux représentant, Nelgarm, les clans orcs décidèrent d'unir leurs forces pour mettre fin aux expériences des Goriens. Ils commencèrent par se diriger vers le Trône des éléments. Complètement pris par surprise, les Ogres battirent en retraite sans effusion de sang. En réponse, Molok s'engagea dans une guerre totale contre les Orcs. Il ordonna à ses armées de se déplacer en masse et de massacrer tous les campements orcs. Cependant, cette stratégie se révéla inefficace. Divisés en petits groupes d'attaquants mobiles, les Orcs démantelèrent lentement le réseau d'avant-postes et de forteresses des Ogres, repoussant les Goriens jusqu'à leur propre capitale : Goria.[7]


Le siège de Goria

Plutôt que de lancer un assaut meurtrier contre les imposantes fortifications de la cité gorienne, les Orcs se contentèrent de l'isoler du reste de l'empire, en vu d'affamer ses habitants. Au début du siège, les Ogres pensaient pouvoir se ravitailler par l'intermédiaire de leur réseau de commerce maritime, mais au fil des mois, ils réalisèrent que cette méthode était insuffisante. Dans l'espoir de briser le siège, Molok et ses sorciers consultèrent les cristaux apogides à la recherche d'un moyen d'affaiblir les Orcs. S'inspirant de la légende arakkoa de la malédiction de Sethe, ils développèrent la Peste rouge, une maladie mortelle extrêmement contagieuse qu'ils répandirent dans les rangs des envahisseurs. Au fil des mois, l'épidémie fit chuter de façon alarmante le nombre de combattants orcs valides.

Conscients que le siège de Goria était destiné à échouer, Nelgarm et les autres chamans implorèrent les esprits élémentaires de détruire Goria. Malgré la violence de cette requête, ces derniers y accédèrent, conscients que Molok et ses sujets reprendraient certainement leurs expériences sur le Trône des éléments si les clans orcs venaient à échouer. Les chamans se rassemblèrent devant les murs de Goria et assistèrent à la tempête élémentaire qui se déchaîna sur la cité. Pendant des heures, la foudre et les séismes détruisirent chaque bâtiment du site. Puis le feu s'empara des ruines, bloquant les issues de secours, et brûlant les navires du port. Enfin, la terre s'ouvrit en deux, telle une gueule béante qui engloutit les vestiges de Goria ainsi que tous ses habitants.

Seules des rumeurs de l'événement atteindraient les autres colonies goriennes, mais elles dissuaderaient les Ogres de ne plus jamais interférer avec les éléments. L'Empire gorien ne se remit jamais de la perte de sa capitale. Trop concentrées sur leur propre sécurité, les derniers bastion goriens, tels que Cognefort au le Bastion de Flèchelame, s'isolèrent de plus en plus les unes des autres jusqu'à évoluer vers des cités-états indépendantes. Rendue vulnérable par la disparition de Goria, la majeure partie de l'Empire gorien fut conquise par les clans orcs, qui ne cesseraient de surpasser les Ogres jusqu'à devenir la race la plus avancée du monde.[8]


La guerre contre les Draeneï

100 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

200 ans après ce conflit, les Ogres furent témoins de l'arrivée sur leur monde du peuple draeneï, mené par le prophète Velen, à bord du Génédar. Quelques années après le crash de leur vaisseau, ces derniers érigèrent la cité de Shattrath sur le site où se tenait autrefois Goria. Cette nouvelle outra le peuple ogre, en particulier celui de Cognefort qui s'indignaient de voir des étrangers s'installer sur le cité de leur ancienne capitale. Ses habitants étaient par ailleurs troublés par les avancées technologiques des Draeneï, dont les plus faibles apprentis maîtrisaient des techniques magiques plus raffinées et efficaces que celles des meilleurs sorciers ogres. Près d'un siècle après la fondation de Shattrath, au moment où l'imperator Hok'lon devenait dirigeant de Cognefort, ce dernier déclara qu'il allait conquérir Shattrath. Également intrigué par les connaissances avancées des Draeneï en matière de magie, il était persuadé qu'ils leur avaient dérobé un pouvoir caché lié à l'emplacement de leur capitale. Il poussa son peuple à la guerre, se moqua publiquement des Draeneï, les traitant d'usurpateurs, et promit que Cognefort deviendrait le centre d'un nouvel empire gorien une fois leurs ennemis massacrés.

Il leva une armée qu'il mena personnellement jusqu'à Shattrath avant d'y lancer un premier assaut frontal. Mais en dépit de la très large supériorité numérique des Ogres, ceux-ci furent aisément repoussés par les défenses avancées de la ville. Avant qu'ils n'aient pu préparer une deuxième attaque, des rangari et des redresseurs de torts menés par l'exarque Akama, ainsi que ses lieutenants Maraad et Nobundo, lancèrent des attaques-surprises depuis plusieurs directions à la fois. Ils se frayèrent un chemin à travers les rangs ogres jusqu'à Hok'lon et ses généraux, qu'ils éliminèrent. Au lieu de massacrer leurs adversaires, les Draeneï se replièrent derrière les murs de Shattrath. Puis du haut de ses remparts, le prophète Velen apparut, et déclara : "Rentrez chez vous, et il ne vous sera fait aucun mal." Il n'en fallut pas d'avantage aux soldats gorienspour s'enfuir et rentrer à Cognefort. Depuis cet événement, les Ogres n'osèrent plus jamais lancer d'attaques frontales contre les Draeneï.[9]


L'ascension de la Horde

Le déclin de Cognefort

11 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Le chef Main-noire mène la guerre aux ogres

Illustration du clan Rochenoire et de leur chef Main-noire menant la guerre aux Ogres

Les années qui précédèrent l'ascension de la Horde furent marquées par l'émergence de nouveaux seigneurs de guerre orcs qui mirent un peu plus à mal l'emprise de l'Empire gorien sur Draenor. À Gorgrond, les derniers habitants ogres de la région furent pratiquement tous chassés par le clan Rochenoire sous la tutelle de leur chef Main-Noire. Dans la Jungle de Tanaan, les Ogres étaient principalement confrontés aux orcs Orbite-Sanglante. Couplés aux attaques des arakkoa et des primordiaux locaux, leurs assauts avaient poussé le clan jusqu'au bord de l'extension. Mais quand le jeune Kilrogg Œil-mort en reprit les rênes, les Orcs prirent d'assaut les jungles et éradiquèrent leurs ennemis.[10] À Cognefort, les Ogres finirent par être confrontés aux gladiateurs orcs qu'ils avaient asservis depuis des années. À l'initiative de Kargath, un ancien champion du Colisée de Cognefort, les esclaves se soulevèrent, mirent à sac la cité et éliminèrent son imperator. Suite à quoi les esclaves partirent s'installer dans les Flèches d'Arak où ils fondèrent le clan Main-Brisée.[11]

Suite au soulèvement de Kargath, les Chanteguerre multiplièrent les raids éclairs sur les installations goriennes de Nagrand à l'initiative de leur nouveau chef, Grommash Hurlenfer. En réponse, Cognefort enchaîna les représailles en rasant plusieurs gros campements orcs et en massacrant de nombreux guerriers chanteguerres, parmi lesquels figurait la femme de Hurlenfer, Golka. Plus tard, au cours d'un raid orc sur Cognefort, les Ogres capturèrent Grommash au cours d'une embuscade. Déterminé à briser la volonté du seigneur de guerre, l'imperator de Cognefort le laissa dépérir, attaché à un arbre mort dans un canyon aride au sud de Nagrand. Après des jours de torture et croyant son adversaire brisé, l'imperator s'approcha et l'invita à admettre sa faiblesse en échange d'une mort rapide, mais Grom profita de cette ouverture pour tuer l'imperator à coups de dents.[12] Une fois revenu auprès des siens, Grom reprit la guerre contre les Ogres jusqu'à finalement briser l'emprise de Cognefort sur Nagrand, contraignant ses habitants à se retrancher derrière les murs de leur forteresse.[10]


La chute du Bastion de Flèchelame

11 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Les nouvelles de Nagrand troublèrent grandement la population du Bastion de Flèchelame, dirigée par l'imperator Kelgrok. Déterminé à raffermir son emprise sur la Crête de Givrefeu, plutôt que de se contenter de renforcer les défenses de la forteresse, il chercha à conquérir la région. La population ogre étant restée relativement restreinte, les sorciers de Flèchelame menèrent des expériences cruelles en vue de donner naissance à des créatures qu'ils utiliseraient comme main-d'oeuvre. Les résultats les plus prometteurs étaient les Mok'nathals. Nés d'un élevage sélectif entre des ogres et des orcs esclaves, ils avaient hérité de la force des Ogres et de l'intellect des Orcs. Les Ogres enchaînèrent les métis et les poussèrent à se reproduire pour créer encore plus de serviteurs. Enfin, pour s'assurer leur loyauté, les Flèchelame menacèrent de tuer des familles entières si un seul de leurs membres se rebellait. Quand il jugea les Mok'nathals assez nombreux, Kelgrok les enrôla dans son armée et leur ordonna de faire la guerre aux Orcs. Les troupes de Flèchelame envahirent la Crête de Givrefeu et s'emparèrent de terres orques riches en ressources.

Garad, chef du clan Loup-de-givre, fit appel aux deux autres clans de la région, les Sire-tonnerre et les Griffe-blanche, afin qu'ils s'unissent pour contrer l'expansion des Ogres. Fenris Frère-Loup, chef des Sire-tonnerre et fils aîné de Garad, rejeta l'appel de son père, préférant régler le problème des Flèchelame à sa manière. Des équipes sire-tonnerre organisèrent des raids nocturnes contre les villes des Flèchelame, massacrant sans distinction tous les ogres qu'ils rencontraient. De leur côté, les Griffe-blanche répondirent à l'appel d'unité de Garad, qui dirigea l'armée orque avec l'assistance de ses deux plus jeunes fils, Durotan et Ga'nar. Bien qu'ils ne remportèrent aucune victoire décisive sur les Ogres, les Loup-de-givre et les Griffe-blanche capturèrent certains mok'nathals, dont leur aîné Leoroxx. Réalisant que les métis servaient Kelgrok contre leur gré. Garad proposa à Leoroxx de l'aider à renverser Kelgrok. Les prisonniers mok'nathals retournèrent au bastion ogre où ils poussèrent le reste de leur peuple à la rébellion. Tandis que la forteresse sombrait dans le chaos, Garad et son armée frappèrent les défenses extérieurs. Au terme d'une sanglante journée de combats, les Ogres furent chassés du Bastion de Flèchelame, tandis que l'imperator Kelgrok finissait étranglé par les chaînes d'esclave de Leoroxx.[13]


L'enrôlement des Ogres

7 à 5 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Des années plus tard, les clans orcs s'unirent sous la bannière de la Horde et se livrèrent à une guerre contre les Draeneï, qu'ils considéraient comme une menace à leur survie. Alors que le conflit prenait de l'ampleur, Gul'dan fonda le Conseil des ombres, une organisation secrète au service de la Légion ardente. Parmi les premiers disciples du démoniste figurait Cho'gall. Ancien aristocrate de Cognefort et brillant sorcier, cet ogre à deux têtes jouissait du soutien des ogres communs de la cité. Mais son arrogance et sa soif de pouvoir l'avaient ligué contre les autres nobles, qui orchestrèrent une tentative d'assassinat dont Cho'gall en réchappa de justesse, le poussant à fuir Cognefort. C'est au cours de son exil qu'il croisa la route de Gul'dan, à qui il jura allégeance dans sa quête de puissance.[14]

Plus tard, quand le seigneur de guerre Main-Noire fut élevé au rang de premier chef de guerre de la Horde, celui-ci invita les Ogres à se joindre à lui afin de grossir les rangs de la Horde.[15] Cho'gall contribuerait également au renforcement de l'armée orque en enrôlant les Blafards de Nagrand sous la bannière du clan Marteau-du-crépuscule.[16] Vers la fin de la guerre contre les Draeneï, les Ogres prirent part au Siège de Shattrath aux côtés des Orcs, certains d'entre eux faisant office de sapeurs ou de porteurs de bélier.[17]


La conquête de Draenor

2 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Après la chute de la civilisation draeneï, Main-Noire entreprit de soumettre les autres peuples de Draenor. Kilrogg Œil-mort et ses Orbite-sanglante menèrent une campagne sur l'île de Faralhon, dernier bastion des Primordiaux de Draenor. Les Orcs n'étant pas bons marins, ils firent appel aux charpentiers ogres et à leurs connaissances maritimes pour bâtir des vaisseaux capables de traverser l'océan. Pendant ce temps, les clans Chanteguerre et Marteau-du-crépuscule assiégèrent Cognefort sous la houlette de leurs chefs Grom et Cho'gall, qui se réjouissaient l'un comme l'autre à l'idée de tuer des ogres. Tandis que la cité brûlait, ce dernier traqua son dirigeant, l'imperator Mar'gok, qu'il paralysa sur son trône avant de le brûler vif.

Enfin, Main-Noire chargea les Loup-de-givre, les Griffe-blanche et les Sire-tonnerre d'éradiquer les Briseurs ainsi que les ogres qui ne s'étaient pas joints à la Horde. Les Loup-de-givre et les Griffe-blanche ne voyant aucun honneur dans la traque des géants, ils retinrent la plupart de leurs guerriers. Fenris et ses Sire-tonnerre ne reculèrent pas à la tâche et se délectaient de massacrer leurs anciens ennemis. Seul survécut un groupe de gronns et d'ogres de Gorgrond menés par un dénommé Gruul. Depuis leur repère isolé dans les montagnes, ils repoussèrent les assauts des Sire-tonnerre, et leur infligèrent de telles pertes que Fenris finit par renoncer à ses attaques.[18]


La Première Guerre

0 à 5 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Pendant la Première Guerre, les Ogres furent envoyés sur Azeroth à travers la Porte des Ténèbres sur ordre de Gul'dan. Au-delà de l'avantage que leur force et leur résistance physiques conféraient à la Horde sur le champs de bataille, ils avaient pour mission de veiller à ce que des querelles intestines inutiles ne divisent pas la Horde.[19] Après la défaite des Humains, Gul'dan songea un instant à utiliser les cadavres des ogres tombés au combat pour créer ses premiers chevaliers de la mort, avant de finalement se rabattre sur ceux des défunts chevaliers de Hurlevent.[20]


La Deuxième Guerre

5 à 7 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Peu avant le début de la Deuxième Guerre contre l'Alliance de Lordaeron, alors que les armées de la Horde étaient stationnées dans les Paluns, les Ogres, participèrent à la construction de leur flotte de guerre, et mirent à profit leurs connaissances maritimes pour aider les Orcs à la création d'immenses vaisseaux de guerre nommés juggernauts.[21]

Quand le conflit avec les Humains éclata une nouvelle fois, les Ogres furent à nouveau déployés comme unités lourdes sur le champ de bataille. L'Alliance parvint cependant à les contrer en déployant des chevaliers montés.[22] Plus tard, quand la Horde envahit Quel'Thalas, Gul'dan, aidé de ses partisans, démantela une des pierres runiques de la barrière magique de Ban'dinoriel, qui fut sculptée pour ériger des structures appelées autels des Tempêtes. Puis grâce à l'aide de Cho'gall, le démoniste exécuta un ancien rituel gorien qui canalisa de la magie arcanique pure dans des ogres ordinaires, les transformant en mages ogres à deux têtes, doués d'une très grande intelligence. Ces derniers jurèrent allégeance à Gul'dan et l'aidèrent dans sa quête de pouvoir en voyageant à ses côtés jusqu'à la Tombe de Sargeras.[23]

Finalement, après la défaite de la Horde à la fin de la Deuxième Guerre, les clans ogres se dispersèrent dans toutes les directions. Certains rentrèrent sur Draenor à travers la Porte des Ténèbres, d'autres voyagèrent à travers la Grande mer et s'installèrent sur Kalimdor. Enfin, ceux qui restèrent dans les Royaumes de l'Est furent impitoyablement traqués par les patrouilles de l'Alliance.[24]


Culture

De nature et de culture brutale, les Ogres ne se soumettent qu'à la loi du plus fort. Le membre le plus puissant du clan prenant la tête mais pouvant à tout instant être défié (et potentiellement tué) par celui qui estimerait être plus fort que lui. Les duels ne prenant en compte que la puissance d'un individu, les Ogres peuvent être aussi bien être dirigés par un chef usant de la force brute que par un puissant mage; et ce peu importe sa race.

Ce rapport à la force explique aussi que les Ogres sont naturellement enclin à asservir toute race plus faible ou moins intelligente qu'eux (Ogrons, Orcs, Draeneï). Le esclavagistes Ogres usant de cette main-d’œuvre pratique pour réaliser des travaux d'excavation et d'extraction de minerai.

Physiologiquement assez guerriers, certains Ogres ont cependant acquis au fil des années une grande soif et curiosité du monde qui les entoure. Il en résultat les premiers balbutiements arcaniques de la race et l'émergence de leurs premiers magiciens. La pratique constante des arcanes à progressivement modifié le physique des mages de génération en génération. Physiquement parlant cela ce traduit par l'apparition d'une deuxième tête et de la coloration froide de la peau (bleu, violet). Ayant fait leur cette évolution, les Ogres ont commencé à respecter ces mages et de nouvelles traditions virent le jour comme celle de nommer les Ogres bicéphales du nom de leurs deux têtes (ex: Cho'gall = Cho et Gall). Les deux têtes possèdent chacune leur propre caractère (souvent une raisonnée et une plus délirante). Une autre tradition typiquement Ogre consiste à considérer comme né sous une bonne étoile les Ogres naturellement né avec un unique œil [25].

Les Ogres vivent souvent à l’abri de tertres créés à partir de grottes, et affectionnent les puits de vapeurs émanent du sol. Ce lien avec la terre pourrait remonter loin dans leurs traditions car on sait que les Ogres sont les descendants des grands terrestres de Draenor (les Magnarons entre autre). Il en résulte une pratique courante de chamanisme et plus particulièrement de géomancie [26].

Apparition et relation avec la Horde

Ogre

Ancien modèle d'Ogre

Les Ogres firent leur apparition en temps que guerrier au côté de la Légion Ardente et de la Horde. Faisant peu de fait du sang démoniaque, on ne connait aucun Ogre qui aurait bu le sang des démons, contrairement aux Orcs.

Naturellement agressifs et belliqueux, les Ogres ont d'eux-même accepté d'aider les Démons, dans leur tradition de se placer sus l'autorité du plus fort et dans la perspective de partir en guerre.

Aujourd'hui cependant un petit groupe d'Ogres, illuminé par les pouvoirs de l'Apogide, est devenu pacifiste et tentent de libérer sa race de l'emprise des Gronns brutaux tout en expiant leurs fautes passées. Rassemblé sur le plateau des Tranchantes, ce groupe d'Ogres vit à Ogri'La (une référence à Shangri'la), encerclé par les démons et les dragons noirs.

Dans Warlords of Draenor

WoD Cette section concerne des contenus exclusifs à Warlords of Draenor.
Ayant été libérés du joug de leurs maître Gronns, les Ogres de la réalité temporelle de Draenor semblent avoir établi un puissant empire en Draenor.

Mar'gok

L'Imperator Mar'gok

Cet "Empire Gorien" n'ayant pas d'équivalent dans notre ligne temporelle, il est assez stupéfiant de voir que les Ogres ont réussi à développer un système monarchique/tyrannique à l'échelle d'un continent entier.

Les Ogres de l'empire sont sous l'autorité d'un empereur, résidant dans la capitale de Cognefort. Actuellement, l'empereur est un Ogre sorcier connu sous le nom d'Imperator Mar'gok qui a acquis le pouvoir suite à la disparition subite des deux derniers empereurs, le premier tué par Kargath Lamepoing et son prédécesseur tué par Grommash Hurlenfer.

Les Ogres de l'empire semblent cultiver dans leur élite une certaine forme de raffinement et d'élitisme en se réservant, notamment, l'usage de l'écriture [27] ou de la magie [28]. Les élites de l'empire sont aussi très versée dans les complots et l'intrigue pour gagner ou garder le pouvoir. Il n'empêche que la société ogre de l'empire reste brutale et que malgré la taille cyclopéenne de leurs cités celles-ci restent cependant grossièrement réalisées.

Clans ogres connus

Ogres

Ogres à une et deux têtes.

Une liste exhaustive des clans ou organisations ogre rencontré(e)s en Azeroth ou en Draenor.

Warlords of Draenor

WoD Cette section concerne des contenus exclusifs à Warlords of Draenor.

  • Empire Gorien, empire fondé sur le Nagrand de Draenor et s'étalant sur presque tout le continent, dirigé par le roi-sorcier Mar'gok.
    • Clan de la Masse-Sanglante, plus une "entreprise" qu'un clan, ces Ogres et Ogrons qui la constituent capturent des esclaves pour ensuite les faire travailler dans leur mine ou bien les vendre, dirigé par Gug'rokk. Le clan est une antenne de l'Empire Gorien en Givrefeu.
    • Clan de Flèchelame, les Ogres de la Forteresse de Flèchelame, chassés par les Loup-de-givre de leur cité, errent maintenant seuls dans la crête de Givrefeu. Beaucoup d'entre eux sont gladiateurs.
    • Le Peuple du Continent Ogre est constitué d'ogres des quatre coins de Draenor. Le Continent Ogre, situé au Sud-Ouest des Flèches d'Arak et bien plus grand que le Continent Orc, ce dernier est la base principale des actions Ogres sur la surface de Draenor.

Ogres notables

Divers

Bien qu'il soit généralement admis qu'elles existent, les Ogres femelles ne sont pas présentent en jeu.

Les Ogres sont à l'origine, avec les Orcs, d'une race à part entière, les Mok'Nathal; qui sont une race mi-ogre mi-orc née de l'union des deux communautés.

Références

  1. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 1 : Draenor primordiale : Les briseurs et les primordiaux : Pages 19 à 21
  2. 2,0 et 2,1 World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : La lignée de Grond : Page 36
  3. Bouclier du gladiateur
  4. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : L'empire gorien : Pages 37 et 38
  5. 5,0 et 5,1 World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : Formation des clans orcs : Pages 39 à 42
  6. 6,0 et 6,1 World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : La domination des éléments : Pages 46 et 47
  7. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : L'union des clans : Pages 47 et 48
  8. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : Le siège de Goria : Pages 49 et 50
  9. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 2 : Les enfants de pierre : La récupération de Goria : Page 56
  10. 10,0 et 10,1 World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : Un âge de légendes : Pages 64 à 66
  11. Vidéo : Seigneurs de guerre, épisode 1 : Kargath
  12. Vidéo : Seigneurs de guerre, épisode 2 : Grommash
  13. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : L'ascension des mok'nathals : Pages 66 et 67
  14. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : Le Conseil des ombres : Pages 78 et 79
  15. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : Le prix de la magie gangrenée : Page 83
  16. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : Le Marteau du crépuscule : Page 84
  17. Tout ce qui est, est vivant : Page 2
  18. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 1 : Le destin de Draenor : Chapitre 3 : L'ascension de la Horde : La fouille de Draenor : Pages 97 et 98
  19. Manuel de Warcraft II : Tides of Darkness : Unités terrestres de la horde des orcs : Page 70
  20. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 2 : La Horde et l'Alliance : Chapitre 5 : La Deuxième guerre : Les chevaliers de la mort : Page 148
  21. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 2 : La Horde et l'Alliance : Chapitre 5 : La Deuxième guerre : La marée des ténèbres : Page 151
  22. Quête : La marée des ténèbres (Horde)
  23. World of Warcraft - Chroniques (volume 2) : Partie 2 : La Horde et l'Alliance : Chapitre 5 : La Deuxième guerre : Les pierres runiques elfiques : Page 163
  24. World of Warcraft - Chroniques (volume 3) : Chapitre 4 : Anciennes haines : Les ruines de Hache-Tripes : Page 120
  25. Artefact ogre trouvable via la compétence Archéologie
  26. Artefact ogre trouvable en Draenor
  27. Artefact Pictogramme gravé trouvable grâce à la compétence d'Archéologie
  28. Artefact ogre