FANDOM


Races jouables dans World of Warcraft
Alliance 15 Humain · Nain · Elfe de la nuit · Gnome
Bc icon Draeneï · Cataclysm Worgen
Legion-Logo-Small Draeneï sancteforge · Elfe du Vide

Alliance 15/Horde 15 Mop-Logo-Small Pandaren

Horde 15 Orc · Troll · Tauren · Mort-vivant
Bc icon Elfe de sang · Cataclysm Gobelin
Legion-Logo-Small Tauren de Haut-Roc · Sacrenuit


Les orcs sont de grands et très puissants guerriers vouant un véritable culte envers l'honneur le combat et la justice. Ils sont de grande taille (environ 2.19m pour 210kg en moyenne pour un orc (mâle) et 2.08m pour 98kg pour les orques (femelle)), ils ont la peau verte et ont des crocs sur la mâchoire inférieure. Contrairement aux autres races de la Horde, les orcs ne sont pas natifs d’Azeroth. À l’origine, ils vivaient au sein de clans chamaniques, sur le monde luxuriant de Draenor. Ils ont abandonné leur culture pacifique suite à leur corruption par le Seigneur Mannoroth : quand Kil’jaeden, un seigneur démon de la Légion ardente, s'intéressa à Draenor et aux orcs, il lui ordonna de les soumettre afin d'en faire le bras armé de sa vengeance contre les draeneï, exilés du monde d’origine de Kil’jaeden, Argus.

Histoire

Genèse

Les Orcs sont les derniers descendants de Grond. Forgé par le titan Aggramar en des temps immémoriaux, ce géant de pierre avait pour tâche de réguler la végétation de Draenor unie sous le seul nom de Lacis. Après plusieurs millénaires de lutte, Grond finit par être vaincu par la mégaspore Botaan. Mais après sa mort, certains des fragments du géant s'animèrent en plus petits assemblages de pierre nommés les Colosses, et qui poursuivirent la lutte contre le Lacis. Au cours des affrontements qui s'en suivirent, les fragments des colosses tombés au combat s'animèrent à leur tour et formèrent les Magnarons. Plus tard, au moment où les Colosses se sacrifiaient pour tuer Botaan, la mégaspore relâcha dans son râle d'agonie des spores imprégnées de l'Esprit de Vie. Au fil des millénaires, les Magnarons et leurs descendants dégénéreraient sous l'action des spores de Botaan, donnant ainsi graduellement naissance aux Gronns, aux Ogrons, aux Ogres puis aux Orcs.

Bien que surpassés par les autres descendants de Grond sur le plan de la taille et de la force, les Orcs compensaient leur faiblesse physique par un intellect et un sens de la communauté bien plus développés, et en s'unissant, ils parvinrent à survivre dans les étendues sauvages de Draenor.[1] Après la chute des Primordiaux et de la civilisation apogide, la surface du monde fut colonisée et occupée pendant un temps par les Briseurs. La plus grande implantation orque était alors un immense réseau de grottes situé sous Gorgrond. Même si la région était peu abondante en nourriture, les Orcs préféraient mener une existence précaire mais libre, plutôt que de vivre en esclaves sous le joug des Ogrons, comme les Ogres.[2]


La formation des clans orcs

800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Territoires orcs

Carte situant les clans orcs sur Draenor

Après plusieurs siècles de soumission, les Ogres se révoltèrent contre les Briseurs. Ils mirent fin à la domination des Ogrons et des Gronns, éliminant de ce fait deux des plus grandes menaces qui pesaient sur les Orcs de Gorgrond. Deux siècles après la fondation de l'Empire gorien, ces derniers commencèrent alors à bâtir des colonies en surface tandis que leur population explosait. Bientôt, le surpeuplement engendré conduisit la faune déjà rare de Gorgrond jusqu'au bord de l'extinction. Des tensions apparurent entre les différentes familles, mais avant qu'elles n'aient dégénéré en conflit, un grand nombre d'orcs décida de partir s'installer sur de nouvelles terres.

Ceux qui restèrent en Gorgrond se regroupèrent peu à peu en différents clans nommés les Rochenoire, les Crâne-ricanant, les Lame-de-foudre et les Gueule-de-dragon. Nichés dans leurs grottes ancestrales, les Rochenoire s'imposèrent comme le plus puissant clan de la région, notamment en développant leurs connaissances en métallurgie et en se spécialisant dans le travail du Minerai Rochenoire.

Les orcs qui migrèrent à l'est s'installèrent dans la Jungle de Tanaan, une région aussi luxuriante que dangereuse, où ils développèrent une mentalité sauvage et superstitieuse. Ceux qui conservèrent leur raison prirent le nom d'Orbite-sanglante et bannirent et ceux qui succombèrent à leurs plus noires pulsions. Au fil du temps, ces derniers formeraient un clan plus petit qui prendrait le nom de Mâche-les-os, en raison de leur tendance à se tourner vers le cannibalisme en période de disette. Bien que ces deux clans n'étaient pas alliés, ils seraient trop occupés à survivre aux dangers de la jungle pour se faire la guerre.

Ceux qui partirent vers l'ouest s'installèrent dans la région glacée de la Crête de Givrefeu. Croyant qu'ils devaient s'adapter à leur nouvel environnement, deux groupes d'orcs, unis sous la bannière des Loup-de-givre et des Griffe-blanche, apprirent à chasser les Sabots-fourchus aux côtés des loups natifs de la région, avec qui ils se lièrent d'amitié. D'autres orcs cherchèrent au contraire à dominer le pays. Regroupés sous la bannière des Sire-tonnerre, ces derniers arpentaient en meutes les plaines désolées de la région où ils traquaient de gros gibiers, chassant parfois les redoutables Gronns. Une seule prise pouvait nourrir le clan pendant des semaines, mais quand une chasse échouait, ces orcs traversaient des périodes difficiles.

Ceux qui s'aventurèrent au sud découvrirent les terres fertiles de Talador. Trois groupes s'installèrent dans les montagnes et les plaines de la région et formeraient les clans Lame-ardente, Marche-rouge et Vent-de-lames. Un quatrième groupe, qui formerait plus tard le clan Chanteguerre, poursuivit son exode vers le sud-ouest jusqu'à atteindre les prairies de Nagrand . En raison de leur proximité avec le bastion gorien de Cognefort, les Chanteguerre développèrent une culture nomade ancrée sur la guerre, de part leurs incessants affrontements avec les ogres locaux.

Enfin, ceux qui continuèrent vers le sud-est atteignirent la Vallée d'Ombrelune et fondèrent le clan du même nom. Ces orcs-là vivaient loin des principaux centres goriens, ce qui leur permettait de prospérait dans une paix relative. Les Ombrelune acquièrent une fascination pour le ciel étoilé, car ils étaient persuadés de pouvoir prédire des événements futurs en observant les mouvements des astres. Ces orcs formeraient avec le temps un peuple mystique aux traditions centrées sur l'astrologie et le culte des ancêtres.[3]


La naissance du chamanisme

800 à 600 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Le Trône des éléments

Illustration du temple du Trône des éléments

Les mystiques ombrelunes partaient souvent en pèlerinage autour du monde, espérant entendre la volonté du divin. Au cours de ces voyages, nombre d'entre eux furent frappés de rêves et de visions alors qu'ils se trouvaient près des montagnes au nord-ouest de Nagrand. Les orcs l'ignoraient, mais ces lieux étaient en réalité les vestiges de Grond. De par la nature du géant, les lieux étaient imprégnés d'énergies élémentaires, en particulier la tête du Grond, qui formait une petite île au milieu d'un lac paisible au pied des montagnes. C'est sur ce site, plus tard baptisé le Trône des éléments, que les Ombrelune apprirent l'existence des esprits élémentaires de Draenor, qu'ils traitaient avec le plus grand respect. Au fil du temps, de plus en plus d'orcs affluèrent vers les restes de Grond et lentement, ils apprirent à guider les esprits élémentaires, en ouvrant leur cœur et en gardant un sens de l'harmonie. Quand les esprits élémentaires accordaient leur puissance, les chamans étaient dotés de grands pouvoirs comme les Orcs n'en avaient jamais vu auparavant.

Les Ombrelune furent les premiers à se vouer aux éléments et ils transformèrent le Trône des éléments en un temple grossier. Bientôt, leurs enseignements se répandirent dans l'ensemble de la société orque jusqu'à être adoptés par la quasi-totalité des clans. Dès le plus jeune âge, les Orcs étaient élevés pour devenir les alliés des esprits élémentaires. Quand ils atteignaient l'âge requis, ils se rendaient au Trône des éléments où ils accordaient leur esprit aux éléments dans l'espoir d'obtenir leur bénédiction en retour.

Mais alors que leurs esprits s'aventuraient au-delà des limites du monde physique, certains orcs communièrent malgré eux avec les forces de l'Ombre et aperçurent par accident le royaume du Vide, dont la simple vision suffit à leur faire perdre la raison. Ceux qui survivaient à cette expérience étaient alors tatoués d'un crâne blanc sur leur visage, les marquant pour toujours comme "morts" aux yeux de leur peuple, avant d'être exilés, les obligeant à vivre dans l'isolement au sein de grottes sous Nagrand.

Au contraire, ceux qui recevaient la bénédiction des éléments revenaient auprès des leurs en tant que chefs spirituels respectés. Leurs avis étaient très précieux et ils n'arrivaient qu'en deuxième après le chef de clan. Les liens unissant les chamans traversaient les frontières des clans, leur permettant d'arbitrer les querelles et de résoudre les conflits de manière pacifique. Plus tard, le clan Ombrelune organisa deux fois par an un rassemblement de chamans nommé le festival Kosh'harg, qui finit par inclure tous les autres orcs. Le Kosh'harg devint alors un des rares moments où les clans pouvaient mettre leurs rivalités de côté, échanger des nouvelles, nouer des liens et festoyer en toute amitié.[4]


La guerre contre l'Empire gorien

L'expédition ogre

403 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Si dans un premier temps, les Ogres n'accordaient aucune importance dans le chamanisme, qu'ils considéraient comme de vulgaires tours de passe passe, ils finirent par prendre conscience du potentiel de la magie élémentaire, quand ils virent un vieux chaman orc dévier une crue pour protéger un village. Le dirigeant gorien de l'époque, l'imperator Molok, envoya alors une armée ogre revendiquer le Trône des éléments pour son empire. L'incursion rendit les chamans furieux, mais aucun clan ne réagit, car les Gorien s'étaient contentés de chasser les Orcs des lieux. Les sorciers de l'expédition commencèrent alors à disséquer le Trône des éléments avec leur magie arcanique, examinant chaque parcelle du site.

Mais de par la nature de Grond, dont les vestiges étaient encore imprégnés d'énergie élémentaire et arcanique, les sortilèges des sorciers provoquèrent par accident une dissonance entre les deux formes de magie. Cela engendra une explosion qui tua tous les ogres présents sur le site et fit voler en éclats le temple orc. Cet événement déstabilisa les éléments et provoqua une série de catastrophes naturelles qui touchèrent l'ensemble du continent, ce qui encouragea Molok, désormais convaincu de la puissance de la magie élémentaire, à dépêcher d'autre sorciers pour continuer d'étudier le site.[5]


L'union des clans

402 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Les clans orcs de rassemblent pour la guerre

Illustration de l'union des clans orcs contre l'Empire gorien

En parallèle, la destruction du Trône des éléments fut lourde de conséquences sur l'ensemble de la société orque. Au cours du festival Kosh'harg qui suivit, les chamans travaillèrent de concert pour apaiser les éléments, en vain. Les orages destructeurs continuaient de faire rage à travers le monde, et d'ici quelques saisons, chaque clan subirait une famine sans précédent. Le plus vieux chaman du clan Ombrelune, Nelgarm, supplia les clans d'agir, sans quoi les Ogres continueraient leurs expériences sur le Trône des éléments et provoqueraient des dommages irréparables. Les clans accédèrent à la requête de Nelgarm et sous couvert de la bénédiction des éléments, ils partirent en guerre contre l'Empire gorien.

Pour commencer, ils se dirigèrent vers le Trône des éléments. Complètement surpris par cette attaque, les sorciers ogres quittèrent les lieux sans effusion de sang. En représailles, l'imperator Molok ordonna à ses armées de se déplacer en masse et de détruire tous les villages et campements orcs qui se dressaient sur leur chemin, massacrant sans distinction hommes, femmes et enfants. Les Goriens s'imaginaient que cette stratégie impitoyable sèmerait la terreur chez leurs ennemis, mais ils ne s'attendaient pas à ce que les clans relèvent le défi. Durant plusieurs années, de petit groupes mobiles de combattants orcs démantelèrent le réseau de forteresses et d'avant-postes marchands de l'Empire gorien, repoussant les armées de Molok jusqu'au siège du pouvoir impérial, Goria.[6]


Le siège de Goria

400 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Plutôt que de prendre d'assaut les lourdes fortifications de la cité gorienne, les Orcs se contentèrent d'affamer ses habitants en les isolant du reste de l'empire ogre. Au bout de plusieurs mois de siège, et malgré un approvisionnement constant par voie maritime, les Ogres commencèrent à manquer de vivres. Dans l'espoir de briser le siège, Molok et ses sorciers créèrent la Peste rouge, une maladie mortelle et extrêmement contagieuse, qui se répandit rapidement parmi les campements orcs. Au fil des mois, le nombre de combattants orcs déclina fortement. En consultant les éléments, Nelgarm et ses confrères apprirent que la maladie n'était pas naturelle et qu'il s'agissait d'un stratagème des Ogres.

Craignant que le siège ne finisse par échouer, les chamans décidèrent de prendre une décision dangereuse pour s'assurer la victoire : ils implorèrent les éléments de détruire Goria. Conscients que Molok poursuivrait ses expériences sur le Trône des éléments si les clans venaient à échouer, les esprits élémentaires accédèrent à leur requête. Les chamans se rassemblèrent devant la capitale et assistèrent à la tempête élémentaire qui s'y abattit. Pendant des heures, la foudre et les séismes abattirent chaque bâtiment à l'intérieur de Goria. Puis le feu s'empara de la cité, bloquant les issues de secours et brûlant les navires du port. Enfin, la terre s'ouvrit en deux, telle une gueule immense, et engloutit les vestiges de Goria ainsi que ses habitants, dont l'imperator lui-même.

Les Orcs étaient sortis victorieux du conflit, mais ils ne jubilaient pas. Ils avaient subis de lourdes pertes et venaient d'être témoins d'une démonstration de puissance qu'ils ne voulaient plus jamais revoir. Particulièrement effrayés par le courroux des élémentaires, les chamans déclarèrent que la raison d'être d'une armée unifiée n'était plus, et chaque clan repartit de son côté. Les Orcs retournèrent chez eux, mais leur vie avait changé pour toujours. La Peste rouge ne disparut jamais entièrement, et referait surface à plusieurs reprises sous forme d'épidémies, au hasard des générations. Après la défaite des Ogres, la majeure partie des territoires de l'Empire gorien, rendus vulnérables par la destruction de sa capitale et l'isolement de ses plus importantes forteresses, tomba peu à peu au main des clans. Les Orcs continueraient de surpasser les Ogres jusqu'à devenir la race la plus avancée de Draenor.[7]


L'arrivée des Draeneï et ses conséquences

Environ deux siècles après la destruction de Goria, arrivèrent les Draeneï, originaires d'Argus. Mené par le prophète Velen, et soutenu par trois naarus nommés K'ure, K'ara et D'ore, ce peuple parcourait la Ténèbre de l'Au-delà à bord du Génédar pour échapper à la Légion ardente. Après plus de 25 000 ans de voyage, les Draeneï atterirent en catastrophe au sud de Nagrand, perdant au passage certains des leurs, dont les trois naarus qui les accompagnaient. Au cours des années qui suivirent le crash de leur vaisseau, Velen et les siens bâtirent une nouvelle civilisation et œuvrèrent pour réparer les dommages qu'ils avait infligés à la faune et la flore locales. Mais malgré la volonté des Draeneï de minimiser leur impact sur Draenor, leur arrivée eut d'importantes répercussions sur l'ensemble de la société orque.


L'Étoile noire

180 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Peu avant le crash du Génédar, K'ara s'était tellement affaibli que son corps avait commencé à être envahi par les énergies du Vide. S'en suivit une bataille, opposant K'ara à Velen et aux deux autres naarus qui finirent par l'éjecter du vaisseau, la condamnant à errer dans le ciel de la Vallée d'Ombrelune durant les prochains siècles. Cet événement ne tarda pas à attirer l'attention des Ombrelune, qui étudiaient depuis toujours les mouvements des corps célestes. Quand le naaru déchu apparut dans le ciel de la région, les mystiques du clan le baptisèrent "Étoile noire" et se mirent à le vénérer comme une déité. Quelques chamans audacieux tentèrent d'accéder aux pouvoirs de l'astre, mais le contact avec les énergies du Vide détruisit leurs esprits. Les Ombrelune décidèrent rapidement que le pouvoir de l'Étoile noire ne pouvait être manipulé par des mortels. Ceux qui s'y essayaient étaient réprimandés, et s'ils s'entêtaient, ils étaient immédiatement exilés loin de la Vallée d'Ombrelune.[8]


Oshu'gun et les Blafards

En parallèle, les vestiges de K'ure, qui étaient restés à bord du Génédar, commencèrent à attirer les esprits des orcs défunts. Par ailleurs, certains de ces esprits absorbèrent les énergies de Lumière qui subsistaient sur le site, leur conférant une sagesse dépassant de loin tout ce qu'ils avaient connus de leur vivant. Quand les clans l'apprirent, leurs chamans firent de fréquents pèlerinages vers l'épave du Génédar, rebaptisé Oshu'gun, où ils demandaient des conseils auprès de leurs ancêtres. Malgré le risque qu'impliquait la présence d'une telle source de magie ténébreuse dans la région, les Draeneï n'intervinrent pas, de peur de déclencher une guerre contre les Orcs

En parallèle à tout ceci, les énergies ténébreuses qui suintaient du corps de K'ure s'infiltrèrent dans le sol, ce qui attira l'attention des parias orcs établis dans la région. Ces derniers étendirent leurs tunnels sous le vaisseau et étudièrent le phénomène. Ils en vinrent à puiser dans les pouvoirs du Vide qui émanaient du naaru en décomposition, leur permettant d'entrer en contact avec les Seigneurs du Vide. Ces derniers assaillirent les exilés de visions de l'apocalypse et leur révélèrent les secrets de la magie de l'Ombre. Au fil du temps, ce flot d'énergie teinta d'un blanc maladif la peau des exilés, qui prendraient par la suite le nom de Blafards.


Les pillages des Vent-de-lames

100 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Lors des décennies qui suivirent, certains clans s'étaient lancés dans le commerce avec les Draeneï, mais la plupart gardèrent leur distance. Les opinions des Orcs vis-à-vis des Draeneï étaient divers, certains les voyant comme des dieux, d'autres non. Mais personne ne les considérait comme une menace, et pendant un certain temps, la civilisation draeneï prospéra dans une certaine indifférence. Mais un siècle après l'arrivée des Draeneï, les Ogres de Cognefort cherchèrent à conquérir la cité de Shattrath, bâtie sur le site où se tenait autrefois Goria. Mais malgré une large infériorité numérique, les Draeneï vinrent facilement à bout de leurs envahisseurs grâce à leur technologie avancée et leur grand maîtrise de l'arcane et de la magie sacrée.

Cette démonstration de force attira l'attention des Orcs et peu à peu, leur étonnement se mua en méfiance. Le festival Kosh'harg qui s'en suivit fut chargée d'une certaine tension. Certains clans décidèrent d'éviter tout contact avec les Draeneï. D'autres choisirent de les traiter en ennemis jurant d'attaquer tous ceux qui s'aventureraient sur leur territoire. Enfin, le fait que les Draeneï aient minimisé les pertes ogres était perçu comme une faiblesse, aussi beaucoup de chefs émirent l'hypothèse que les Draeneï détestaient se battre et reculeraient devant un ennemi puissant. Le Kosh'harg s'acheva sans aucun consensus, et la plupart des clans se contenteraient de garder leurs distances.

Cependant, les Vent-de-lames adoptèrent une approche différente. Établis à la frontière entre la Forêt de Terokkar et Nagrand, ces orcs connaissaient les voies marchandes empruntées par les caravanes draeneï ainsi que les jours de passage. Quand plusieurs caravanes disparurent en l'espace d'une journée, Velen et ses exarques s'en inquiétèrent, et découvrirent rapidement que les Vent-de-lames étaient à l'origine de ces incidents. Malgré le désir de vengeance d'une partie du peuple draeneï, leur prophète, qui souhaitait éviter une guerre ouverte, se contenta de renforcer la sécurité des caravanes, désormais soutenus par des escouades de redresseurs de torts. La plupart des attaques des Vent-de-lames furent par la suite mis en échec, mais certaines fois, ils arrivaient à prendre des caravanes et à faire des prisonniers. Beaucoup d'entre eux étaient par la suite secourus par les Rangari, mais pas tous. Ces quelques malheureux étaient alors contraints de travailler en tant qu'esclaves. Parfois, ces prisonniers eurent des liaisons avec leurs bourreaux, donnant naissance à des enfants métisses nommés les demi-orcs. Bientôt, les Vent-de-lames développèrent un nouveau respect pour les Redresseurs de torts et les Rangari, à tel point que leurs attaques ne concernaient plus que les caravanes trop peu gardées.[9]


De l'ascension de la Horde à nos jours

Manipulés par le démon, de nombreux chefs orcs burent le sang d’un seigneur des abîmes de la Légion ardente, Mannoroth le Destructeur. Cet acte impie accrut le pouvoir des orcs, mais le prix à payer était très lourd : ils étaient désormais les esclaves de la Légion. Les orcs infectés étaient exposés en permanence à l’énergie démoniaque (ou gangrenée) et ils virent leur peau brune virer à un vert maladif. En outre, la magie gangrenée dont ils usèrent provoqua la lente dégénérescence de leurs terres ancestrales.

Comme Kil’jaeden l’avait escompté, les orcs décimèrent l’essentiel de la population draeneï. Kil’jaeden était désormais prêt à tester l’efficacité des orcs contre un autre de ses vieux ennemis… Plusieurs millénaires auparavant, les démons avaient échoué dans leur tentative d’invasion d’Azeroth ; mais cette fois, les orcs allaient se battre pour la Légion. Medivh, un archimage humain corrompu, s’entendit à cette fin avec le démoniste orc Gul’dan. Ensemble, ils érigèrent la Porte des ténèbres afin de permettre aux orcs de débarquer en Azeroth.

Une fois à pied d’œuvre, les orcs écrasèrent par surprise le royaume humain de Hurlevent. La puissante armée orque, portant le grand nom de Horde, s'imposa dans le nord des royaumes de l’Est, et l’on crut un moment sa victoire inéluctable. Finalement, les conflits internes précipitèrent la défaite de la Horde. Les orcs furent vaincus et les prisonniers placés dans des camps d’internement. Un jeune esclave nommé Thrall parvint à s’évader et rallia l’armée de libération orque dirigée par le chef de guerre Orgrim Marteau-du-destin. Quand ce dernier périt au combat, Thrall devint le nouveau chef de guerre de la Horde, héritant au passage de l’arme ayant donné son nom à son illustre prédécesseur.

Thrall guida par la suite son peuple à travers l’océan, jusqu’au lointain continent de Kalimdor. Dans les forêts d’Orneval, le jeune chef de guerre et son mentor, Grommash Hurlenfer, affrontèrent Mannoroth. En dernière instance, Grom donna sa vie pour vaincre le seigneur des abîmes et mettre un terme définitif à la malédiction du sang qui frappait les orcs. Ce fut l’aube d’une ère nouvelle pour les orcs : la guerre ayant cessé de diriger leurs vies, ils s’établirent dans une région de la côte orientale de Kalimdor, que Thrall baptisa Durotar.

Des années plus tard, à la tête de nombreuses troupes, le chef de guerre retourna sur les vestiges de Draenor que l'on nommait désormais Outreterre, afin de contenir un nouvel assaut de la Légion ardente. C'est là que Thrall rencontra Garrosh, le propre fils de Grom Hurlenfer, qu'il convainquit de rallier la Horde et de venir en Azeroth en tant que conseiller. Garrosh occupa le poste de commandant en chef lors des combats contre le roi-liche en Norfendre, et se rendit très populaire en raison de son tempérament fougueux.

Thrall n’était pas seulement chef de la Horde, mais également un chaman réputé entretenant un lien étroit avec les éléments. Lorsqu'il remarqua de profonds bouleversements au sein des esprits élémentaires, il comprit d'emblée qu'il lui fallait renoncer à son titre de chef de guerre pour enquêter avant qu'Azeroth ne sombre dans le chaos. Confronté à un choix difficile, Thrall vit malgré dans Garrosh son successeur naturel en tant que chef de guerre. Une décision contestable, dans la mesure où le jeune Hurlenfer est aussi belliqueux que Thrall sait se montrer diplomate...

Clan Orc

Les clans (ou une partie le représentant) ci-dessous ont juré allégeance à la Horde, néanmoins l’existence d'autres "Hordes" en Azeroth comme la Horde noire ou la Gangr'horde en Outreterre, fait que l'on retrouve également une partie des ces clans au sein de leurs armées, tel que Clan Rochenoire de Rend Main-noire dans la Horde noire ou le Clan Orbite-sanglante et Clan de la Main brisée de Kargath Lamepoing dans la Gangr'horde. Ce qui explique pourquoi certains clans n'ont pas de véritable chef ; soit parce que la lignée s'est éteinte comme dans le cas du Clan Chanteguerre ; soit parce qu'il y a deux chefs suite à une division comme dans le cas du du Clan Orbite-sanglante ou Clan de la Main brisée.

  • Clan Gueule-de-Dragon dirigé anciennement par la Seigneur de guerre Zaela. On ne sais actuellement pas si une version de ce clan existe encore dans la Horde car la majeur partie des Gueule-de-Dragon ont suivit Zaela, mais certain n'ont peut être pas la même vision est à l'instar des Rochenoires et on peut être formée leur propre clan.
  • Clan Loup-de-givre dirigé par Général loup-de-givre Drek'Thar. A l'heure actuel l'un des seuls clans "intacts", bien qu'il ai souffert de pertes durant les derniers conflits, il reste néanmoins le clan le plus en "forme" par rapport au autres.
  • Clan Hurlerage dirigé Karga Hurlerage. Le seul clan qui ne tient pas son origine de Draenor.
  • Clan Lame Ardente n'a pas de chef connu, il ne reste que très peu de choses de ce clan connu pour ses maîtres-lame.
  • Les Mag'har dirigé par Grand-mère Geyah et Jorin Œil-mort. Les Mag'har ne sont pas à l'origine un clan mais un groupe de malades cependant après l'explosion de Draenor, les Mag'har ont conservé les traditions des orcs avant la corruption.
  • Clan Rochenoire anciennement dirigé par Malkorok . Après la défaite de la Horde Noire et la mort de leur chef Rend Main-noire les restes du clan ont rejoint la Horde quand Garrosh le leur proposa .

Remarque : Depuis la reformation de la Horde d'Orgrimmar, les clans en son sein sont plus unifiés et mélangés qu'avant la première guerre, ils suivent tous le même chef de guerre, c'est donc pour cela que la notion de clan est plus abstraite qu'auparavant et que la présence d'un chef n'est plus obligatoire pour le maintenir. Les orcs actuels se revendiquent avant tout d'appartenir à la Horde qu'à leur clans, ce qui fait de cette dernière une sorte de "méga-clan orc", néanmoins l’appartenance à un clan n'est pas totalement tombée en désuétude.

Généralité

Lieu de départ : Durotar

Les terres arides et désertiques de Durotar abritent certaines des créatures les plus redoutables d’Azeroth. Le voyageur insouciant peut succomber aux attaques d’un scorpide venimeux, d’un crocilisque affamé ou d’un huran en colère. Thrall a choisi cette région inhospitalière suite à la Troisième guerre, afin que les orcs expient leurs erreurs passées. La région doit son nom au père de Thrall, Durotan, ancien chef du clan Loup-de-givre. Suite au cataclysme, de nombreux villages orcs ont été inondés ou détruits, et les soldats de Guet-du-Nord, postés au donjon de Tiragarde, firent preuve d’une agressivité inouïe. Tandis que les relations s’envenimèrent entre Alliance et Horde, les orcs se devaient impérativement de contenir ces menaces. Il en allait de la survie de leur peuple.

Capitale : Orgrimmar

Devant son nom à l’ancien chef de guerre de la Horde, Orgrim Marteau-du-destin, la capitale fut érigée rapidement lors de l’installation des orcs à Durotar. Garrosh Hurlenfer a récemment apporté de nombreuses modifications architecturales à la cité, et aujourd’hui, la forteresse d’Orgrimmar figure parmi les plus imposantes d’Azeroth. Des tours métalliques hérissées de pointes jalonnent les rues de la capitale, et partout l’on voit flotter la bannière rouge et noire de la Horde.

La plupart des races vivent chacune dans un quartier distinct : taurens dans la Vallée de la Sagesse, trolls dans la Vallée des Esprits. Fort Grommash domine tous les autres édifices, ce qui permet à Garrosh Hurlenfer de surveiller son peuple de près.

Monture raciale : Loups

Aux temps anciens, les orcs ont domestiqué les loups de Draenor, à la fois forts, imposants et rapides. Ces grands canidés sont devenus les fidèles compagnons des orcs, mais aussi leurs montures favorites. D’un caractère intrépide, le loup se montre parfaitement à l’aise quand il s’agit de traquer une proie de grande taille. Quand les orcs, corrompus par le démon, entreprirent d’envahir Azeroth, ils sélectionnèrent les sujets les plus endurants et les plus massifs, aptes à porter un guerrier en armure lourde. Le loup redoutable demeure la monture d’élection des combattants orcs. On peut en acheter un chez les éleveurs d’Orgrimmar, dans la Vallée de l’Honneur.

Dirigeant : Varok Saurcroc

Depuis la mort du chef de guerre Vol'jin et la nomination de Sylvanas pour lui succéder, Varok est devenu le nouveau leader du peuple orc.

Couleur de peau

A l'origine, tous les Orcs ont la peau brune, allant d'un brun sombre à un brun rougeâtre. Cependant, à l'exception des Mag'har qui étaient alors isolées, les orcs exposés à la magie Démoniaque ont vu leurs peaux devenir verte. Ce changement de couleurs est génétique comme pour Thrall, qui avait peu d'exposition directe à la magie démoniste jusqu'à récemment. Et qui a, malgré tout, la peau verte de naissance.


Tous les orcs démonistes ont vu leurs peaux devenir lentement verte avant même qu'ils ne boivent le sang de Mannoroth. Les premiers Orcs à boire le sang du démon ont, quant à eux, vu leurs peaux devenir instantanément vertes. Les orcs à la peau verte qui consomment une nouvelle fois du sang de démons, n'importe lequel d'entre eux, se transforment en Orcs du chaos ou Gangr'orcs. Cet état est réversible par des rituels qui les ramène vers leur état de peau verte. (Exemple Jaina sur Grom). Aucun orc à la peau verte n'a réussi à redevenir brun a ce jour.

Les orcs du clan Rochenoire ont à l'origine une peau de couleur noire clair qui est le résultat de leur mode de vie dans les grottes et près de leurs forge.

Les orcs du Clan Gueule-de-dragon ont une peau gris-verte ou grise. C'est une spécificité ethnique qui leur est propre.


Galerie

références

v - e Races de la Horde
Races principales OrcRéprouvéTaurenTroll sombrelance
Bc icon Elfe de sangCataclysm Gobelin du cartel Baille-FondsMop-Logo-Small Pandaren huojin
Races alliées Orc mag'harSacrenuitTauren de Haut-RocTroll zandalari
Autres races HobgobelinHozenMok'nathalOgre cognedune
Ogre cognepierreOrc gueule-de-dragonTaunka
Troll briselanceTroll vengebroche