FANDOM


La Peste fut le commencement de la chute des Maleterres, jadis appelé les Terres du Nord : ce fut initialement Mal'Ganis, un Seigneur de l'épouvante, qui ordonna à Kel'Thuzad de mettre en œuvre tous les moyens pour créer une peste nouvelle, qui transformerait les vivants en morts-vivant. C'est l'utilisation intensive de cette arme qui permit véritablement la chute du royaume de Lordaeron, avant son invasion par la Légion Ardente lors de la Troisième Guerre.


La Peste du Fléau mort-vivant

Andorhal fut la première ville à expérimenter la Peste. Âtreval fut assaillie mais Arthas la défendit vaillamment et la ville fut sauvée in extremis par les forces d'Uther. Par la suite, Âtreval est devenu le bastion des membres de la Croisade Ecarlate dans les Maleterres de l'Ouest pendant World of Warcraft, Burning Crusade et WotLK, demeurant l'un des rares bastions des vivants dans ces terres. Ensuite vint le tragique incident de Stratholme : Stratholme était la plus importante des cités de l'est de Lordaeron et véritable capitale régionale. Cette ville fut un véritable champ de bataille, opposant le Paladin Arthas et le Nathrezim Mal'Ganis. Contaminés par des céréales empoisonnés par la Peste, Arthas ordonna que tout les habitants de la ville soient exécutés afin d'éviter qu'ils ne deviennent des morts-vivants. Ultérieurement, Stratholme deviendra un haut lieu du Fléau, principal bastion de ses forces dans les Royaumes de l'Est suite au départ de la nécropole de Naxxramas pour le Norfendre.

Aujourd'hui, toutes les Maleterres sont tombées sous le joug du Fléau mort-vivant. Du haut de sa nécropole Naxxramas, Kel'Thuzad veille sur ces terres au nom du Roi Liche, et surveille son armée mort-vivante grandissante. Ou tout du moins le faisait, avant que la nécropole ne retourne en Norfendre lors de WotLK. Depuis lors, c'est le Baron Vaillefendre qui dirige le Fléau à la place de l'Archiliche Kel'Thuzad.

Une seconde peste ?

Des rumeurs circulent concernant la création d'une nouvelle peste par les Réprouvés. En effet Sylvanas, la reine des Réprouvés, aurait, semble-t-il, ordonné à ses apothicaires royaux de mener des recherches intensives sur la création d'une seconde peste plus puissante que la première. D'après ces mêmes rumeurs, suite au rejet des réprouvés par la plupart des races vivantes (principalement celles faisant partie de l'Alliance), Sylvanas aurait décidé que le meilleur moyen pour elle et les siens d'être acceptés serait que les autres races soient elles aussi transformées en morts-vivants. L'annonce de Blizzard a propos du nouveau continent de Norfendre confirma la rumeur ; en effet, Sylvanas aurait amené sa Peste en Norfendre afin d'éradiquer le Roi Liche et ses serviteurs. Cette peste n'est sensée touché que les mort-vivant du Fléau mais rien n'est sûr.

Il s'avérera au final que cette deuxième peste existe belle et bien et fut utilisée par le Grand apothicaire Putrescin lors de la bataille du Portail du Courroux, aussi bien contre le Roi-Liche lui-même que contre les vivants, de l'Alliance ou la Horde. Son efficacité mis à mal le Roi-Liche lui-même et fit de nombreux morts dans les rangs des vivants.

Depuis, cette peste n'est officiellement plus utilisée et cela notamment à cause de l'intervention de Garrosh Hurlenfer. Le nouveau Chef de Guerre de la Horde a en effet formellement interdit à la Reine Banshee Sylvanas Coursevent de continuer à utiliser ou même produire cette peste, ordre à laquelle la Reine s'est faussement pliée. En effet, il s'avère de fait que cette dernière n'a pas stoppé sa production et des chaudrons de peste sont maintenant visibles un peu partout dans les territoires réprouvés. Cette peste a aussi été utilisée pour combattre les gilnéens.

Symptômes

Cette partie décrit les symptômes de la peste qui a ravagé Lordaeron pendant la Troisième Guerre d'après les témoignages d'un apprenti du Kirin Tor :
- Peu après l'infection, les victimes se sentent faibles et souffrent de nausées.
- 6 heures après l'infection, des furoncles irritants commencent à se développer à la surface de la peau.
- 10 heures après l'infection, les contaminés sont recouverts de lésions suintant d'un liquide jaune-verdâtre. La plupart sont alors inconscients et ceux encore éveillés se plaignent d'engourdissements les paralysant et de douleurs au niveau des articulations. Par ailleurs, tous les sujets ont les yeux de couleur laiteuse.
- 13 heures après l'infection, les sujets souffrent d'hémorragies au niveau des yeux et des oreilles.
- 18 heures après l'infection, les infectés finissent par mourir avant de ressusciter sous forme de morts-vivants.[1]


Références