FANDOM



Pour les trolls jouables dans World of Warcraft, voir Troll (Race jouable).
Pour la langue parlée par les trolls, voir Zandali.
"Comme pour les elfes, les nains et particulièrement les humains, il existait différentes sortes de trolls. Certains s'exprimaient avec la sophistication d'un elfe... y compris quand ils arrachaient la tête d'un ennemi. D'autres, essentiellement ceux qui peuplaient les tumulus et autres domaines souterrains, se montraient nettement plus primitifs."[1]

Les trolls sont une race intelligente présente sur Azeroth. Ils sont divisés en plusieurs races, elles mêmes divisées en plusieurs tribus. Ils sont présents sur chaque partie du monde.

Description

Pour en savoir plus, voir l'article détaillé : Manuel des trolls.

Les trolls sont généralement grands et musclés. Ils ont de longues oreilles semblables à celles des elfes. Ils possèdent trois doigts dont un opposable, trois orteils (deux devant et un ergot sur le talon) et des défenses. Les mâles ont des long nez, de grandes défenses, et se tiennent souvent de manière penchée (les Zandalari étant l'exception). Les femelles ont un physique plus proche des elfes ou des humains : leur taille, leurs défenses et leur nez sont plus petits que celles des mâles, et elles se tiennent droit.

La couleur de peau des trolls varie selon l'espèce. Les couleurs possibles comprennent le violet, brun, noir, bleu, vert, blanc, gris, rose et jaune. Les trolls des forêts sont un cas à part; en raison d'une mutation vieille de plusieurs millénaires, le corps des trolls des forêts se prête, dans une certaine mesure, à la vie végétale. Une fine couche de mousse prolifère sur leur peau peu après leur naissance, et leur donne cette couleur verte caractéristique.[2][3]. Quand aux trolls des jungles, leurs corps sont couverts d'une fine couche de fourrure qui leur donne leur couleur, grise ou violette.[4].


Taille

En moyenne, les trolls mesurent environ 2,40m pour une centaine de kilogrammes (154kg environ) et sont bien plus grands, et forts qu'un humain, qu'un elfe de la nuit, qu'un nain, ou qu'un gnome. Il existe deux exceptions, les tribus Drakkari et Zandalari, dont les membres sont souvent plus grands que la moyenne. Comme dans les autres races, certains individus s'écartent nettement des moyennes. Consultez le paragraphe sur les trolls « redoutables » pour plus de détails.

Les trolls redoutables

Une faible minorité de trolls est considérablement plus grande et plus musclée que la moyenne. Il n'existe pas de distinction raciale entre eux et leurs congénères. Cette taille et cette musculature inhabituelle pourraient avoir des origines diverses. Ils pourraient avoir été altérés par l'alchimie ou la magie (comme les Berserker). À moins qu'ils ne naissent tout simplement comme ça. Quoi qu'il en soit, même s'ils sont souvent mal vus par les autres races, ces « trolls redoutables » ne sont pas considérés comme des monstres.

Santé

Tous les trolls jouissent d'une extraordinaire résistance physique. Ils peuvent guérir de blessures très graves, voire régénérer leurs membres coupés. Leur très grande vitesse de guérison en fait des adversaires redoutables sur les champs de bataille.

Lorsqu'ils vivent en harmonie avec les Loas de leurs tribus respectives, les trolls ont le pouvoir de faire repousser leurs doigts (de mains et de pieds). La culture trolle regorge cependant de légendes qui racontent que ceux qui sont bénis par les Loas disposent de capacités régénératrices hors du commun, comme le pouvoir de faire repousser leurs membres et même leurs organes vitaux perdus au combat. La légende de Vula'jin le Vide raconte même comment il a fait repousser la presque totalité de son corps après s'être baigné dans une mare d'ombreflamme. Mais les Loas peuvent aussi bien prononcer des bénédictions que proférer des malédictions : on raconte aux jeunes trolls des légendes qui décrivent le sort des pauvres hères frappés de malédiction par les Loas et qui deviennent incapables de guérir ne serait-ce que d'une blessure superficielle, afin de leur instiller le respect qu'ils doivent témoigner aux esprits protecteurs. [5]

Histoire

Les débuts de la civilisation (16000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Capitale trolle des Zandalari Zuldazar

Illustration de Zuldazar, la capitale trolle de l'empire Zandalari

Les trolls constituent les premières créatures prolifiques à avoir peuplé la surface d'Azeroth. Dotés d'une intelligence un peu limitée, ces humanoïdes disposaient cependant d'une agilité, une force et une endurance hors du commun et possédaient la capacité unique de guérison rapide des blessures, étant même capables de régénérer des membres perdus. Les premiers trolls développèrent un large éventail de coutumes superstitieuses, certains s'adonnant au cannibalisme, d'autres pratiquaient le vaudou tandis que d'autres trolls comme ceux de la tribu Zandalar cherchaient à acquérir du savoir par des pratiques mystiques ou de la méditation. Mais toutes les tribus partageaient une même croyance autour des dieux sauvages qu'ils appellent loas. Les trolls commencèrent alors à s'installer près d'une série de pics et de plateaux au sud du vieux continent de Kalimdor où vivaient bon nombre des loas qu'ils vénéraient et commencèrent à construire des petits campements sur les flancs des montagnes, mais c'est la tribu Zandalar qui s'appropria les sommets les plus élevés de la région qui fut alors nommée la chaîne de montagnes Zandalar. Bientôt, ils construisirent une série d'autels rudimentaires au sommet des plus hauts pics qui développèrent jusqu'à devenir la ville-temple de Zuldazar. Au fil des siècles, d'autres tribus, notamment les Gurubashi, les Amani et les Drakkari, se mirent à défier les Zandalari pour des questions de territoire et de pouvoir, revendiquant d'énormes bandes de terres dans les forêts luxuriantes de Kalimdor. Quelques conflits ont bel et bien éclaté entre les tribus mais les trolls étaient de si bons combattants que les conséquences de ces guerres étaient catastrophiques pour les deux camps, et c'est ainsi que malgré les rivalités, les différentes tribus préféraient prospérer dans la paix.


L'empire de Zul et l'éveil des aqir (De 16000 à environ 15000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Bien que les trolls avaient colonisé tout le continent, une région située au pied des montagnes de Zandalar contenant entre autre une monticule de pierres noircies, était interdite d'accès aussi bien par les trolls mystiques des différentes tribus que les loas eux-mêmes, interdiction qui fut appliquée par les trolls pendant des siècles. Mais un jour, un troll des forêts du nom de Zan'do, un féticheur Gurubashi destitué par ses rivaux, s'empara d'un artefact du nom de Xal'atah, lame de l'empire noir, qui lui chuchota que la monticule renfermait une grande puissance. Quand lui et ses adeptes arrivèrent sur les lieux, ils constatèrent que cette monticule était en réalité la chaire déchiquetée d'une puissante créature, C'Thraxxi Kith'ix. Des siècles plus tôt, ce puissant sans-visage fut grièvement blessé dans un combat face au gardien Tyr dans les Clairières de Tirisfal et fuit au sud-ouest avant de sombrer dans une profonde hibernation au pied des montagnes de Zandalar. Suivant les conseils de la dague, Zan'do démembra certains de ses compagnons et utilisa leur sang et leurs organes comme réactifs avant de plonger Xal'atah dans le corps de la monstruosité qui se réveilla finalement avant de massacrer les derniers féticheurs.[6]

Déterminé à restaurer la suprématie des Dieux très anciens à la surface d'Azeroth, Kith'ix partit à la recherche des aqir, des insectoïdes pour la plupart massacrés pendant la guerre opposant le Panthéon aux Dieux très anciens mais dont certains groupes survécurent en se réfugiant sous terre. La race fut unifiée, un gigantesque empire souterrain du nom d'Azj'Aqir fut bâtie et ils attendirent d'être suffisamment nombreux pour lancer l'invasion de la surface. Quand le moment de l'attaque arriva, les Aqir surgirent de sous terre et prirent les trolls au dépourvu en exterminant de nombreuses petites tribus. Alors qu'ils se rapprochaient dangereusement de Zuldazar, les Zandalari se décidèrent à agir en unifiant toutes les tribus disparates pour former l'empire de Zul dont les Zandalari en commanderaient les armées et surveillaient les mouvements des troupes ennemis comme alliées depuis les sommets de Zandalar. En privilégiant les embuscades dans les jungles et en invoquant de puissants loas par l'intermédiaire de prêtres révérés, les trolls ravagèrent les rangs Aqiri et parvinrent même à blesser Kith'ix, les contraignant à battre en retraite. Malgré cette grande victoire, les Aqir représentaient toujours une sérieuse menace, en particulier pour les tribus trolls excentrées. De plus, il était nécessaire que des groupes aillent surveiller les différentes colonies insectoïdes afin d'éviter toute prolifération de leur part. Motivés par la conquête de nouveaux territoires, les tribus Drakkari, Gurubashi et Amani se portèrent volontaires pour poursuivre les différents groupes Aqir.

Les Drakkari portèrent leur attention sur celui s'étant enfui vers le nord où ils tombèrent sur des destructeurs d'obsidienne, de féroces tol'vir de pierre capturés et asservis par les aqir. Malgré de lourdes pertes, l'expérience au combat des trolls leur permis de venir à bout des monstrueux assemblages avant de fonder la cité de Zul'Drak sur place. Pendant ce temps, les Gurubashi poursuivirent leurs ennemis jusqu'à la forteresse d'Ahn'Qiraj où les aqir avaient asservis les géants anubisath. Si les premiers affrontements sont désastreux pour les trolls qui perdent de gros campements, les Zandalari demandèrent aux prêtres gurubashi de scinder leur armée en petits groupes et de multiplier les embuscades pour saigner à blanc les forces ennemies et gagnèrent le contrôle incontesté du territoire en quelques années avant de construire au sud-est leur capital, Zul'Gurub. Enfin, les Amani traquèrent Kith'ix et son armée dans les forêts au nord-est de Kalimdor, se frayant un chemin à travers la masse de gardes aqiri. Finalement, toute la tribu se jeta dans une attaque suicide contre Kith'ix et ses derniers sbires insectoïdes. Seule une minuscule fraction de l'armée trolle survécut mais le C'Thraxxi finit par succomber à ses infatigables chasseurs et bien que le prix à payer fut élevé, la redoutables réputation des Amani devint légendaire et bientôt, une nouvelle colonie fut établie au sommet du site de la bataille qui se développera pour former la ville tentaculaire de Zul'Aman.

Consequences de la guerre entre trolls et aqir

Carte présentant les conséquences de la guerre entre trolls et Aqir

Malgré tout, les combats se succédèrent pendant plusieurs siècles jusqu'à la dissolution de l'empire Azj'Aqir, les aqir survivants étant définitivement chassés du centre de Kalimdor et se regroupant dans leurs dernières colonies au au sud-ouest, au nord et au sud, où ils évolueront progressivement, sous l'influence respective C'Thun, Yogg-Saron et les reste d'Y'Shaarj, pour former trois nouvelles races insectoïdes, à savoir les qiraji, les nérubiens et les mantides. Du côté des trolls, sans la guerre pour les réunir, les tribus s'isolèrent de plus en plus les unes des autres et continuèrent de se développer et s'étendre jusqu'à former de véritables empires.[7]


Les deux empires (Environ 12200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Lei Shen

Lei Shen, le roi-tonnerre, tel qu'il est représenté dans le jeu World of Warcraft : les Brumes de la Pandarie

Tandis, que la civilisation trolle prospérait partout sur Kalimdor, l'empire zandalari entendit parler d'un puissant empire mogu installé plus au sud, dans le val de l’Éternel printemps dirigé d'une main de fer par l'empereur mogu Lei Shen, aussi connu sous le nom de roi-tonnerre, maitrisant les pouvoirs de la tempête. Envié par sa puissance, l'un des plus hauts dirigeants zandalari de l'époque, le haut-prêtre révéré Zulathra voyagea jusqu'au sud et proposa un marché à Lei Shen : en échange du savoir troll, ce dernier accorderait un lopin de terre fertile et leur enseignerait la magie. Malgré leurs méfiances, les deux dirigeants tombèrent sur un accord et formèrent une alliance entre les deux empires, le roi-tonnerre passant même un accord secret avec toute la caste dirigeante zandalari. Sachant que ces derniers avaient besoin de son savoir et n'ayant aucune confiance en ses propres sujets mogu, il leur enseigna une méthode visant à le ressusciter.[8]

Quelques temps plus tard, peu avant que le roi-tonnerre ne se lance dans une campagne face aux tol'vir de Uldum pour s'approprier la Forge de l'origine, ce dernier autorisa tous les chefs zandalari à l'accompagner afin qu'ils assistent à ce qui semblait devenir la plus grande victoire de l'empire mogu. Ces derniers espérant recevoir en retour d'immenses pouvoirs, l'accompagnèrent sans hésiter dans cette guerre. Mais à leurs dépens, les tol'vir, malgré leur infériorité numérique et matérielle, configurèrent le complexe des titans de sorte à raser Uldum, la mirent en route et déclenchèrent une explosion phénoménale, transformant Uldum en vaste désert et tuant Lei Shen, l'armée mogu, les défenseurs tol'vir à l'extérieur du complexe et les dirigeants trolls. Cet évènement déstabilisa le pouvoir politique des deux empires à tel point qu'il aura fallu plusieurs générations aux trolls pour s'en remettre complètement.[9]


L'invasion zandalari (11900 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Quelques siècles plus tard, l'empire mogu finit par être renversé par la révolution pandarène provoquée par leurs propres esclaves menés par le pandaren Kang et ses moines et fut remplacé par un empire pandaren. Mais malgré la chute de leur allié, l'empire zandalari n'avait pas oublié que Lei Shen leur avait accordé un lopin de terre fertile au nord du sommet de Kun-Lai. Ayant longtemps hésité entre les guerre et la diplomatie, Mengazi, un descendant de Zulathra, persuada les chefs trolls d'attaquer par surprise qui mirent leur plan en action un siècle après la révolution pandarène. Les trolls emplis de pouvoirs mystiques et chevauchant de puissantes montures de guerre telles que les diablosaures, les pterreurdailes ou encore des chauves-souris géantes, se retrouvèrent face à un peuple complètement dépassé par les évènements qu'ils massacrèrent aisément au début de la guerre, ces derniers ne disposant pas de véritable armées à l'exception d'un ordre de moines chargés de veiller sur l’Échine du Serpent, eux-mêmes complètement dépassés par le nombre et la puissance de leurs ennemis.

Chevaucheurs de serpent pandarens frappent les trolls Zandalari

Illustration d'une bataille opposant les chevaucheurs de serpent pandarens aux trolls Zandalari

A un moment, les trolls firent une percée depuis la côté et progressèrent jusqu'à un grand pont au nord de Fleur-de-l'Aurore où les pandarens leur firent face. Mais alors que la bataille semblait perdue, une certaine Jiang chevauchant un puissant serpent-nuage nommé Lo arriva sur les lieux. La créature déchaina alors toute sa puissance sur les trolls qui furent contraints de se replier.[10] Motivés par cette victoire, les pandarens, jusque-là méfiants envers les serpents-nuages, se mirent à les domestiquer et à former une armée de chevaucheurs, aujourd'hui connue comme l'ordre du Serpent-nuage, et parvinrent à renverser le cours de la guerre. Dans une tentative désespérée de reprendre le contrôle de la situation, Mengazi se mit en tête de ressusciter le roi-tonnerre, mais une bataille rangée éclata près de la tombe des Conquérants où était déposé son corps, Jiang tua Mengazi dans une ultime attaque qui lui coûta la vie et les zandalari retournèrent chez eux, couverts de honte, tandis que l'ordre du Serpent-nuage codifiait les enseignements de Jiang.[11]


L'ascension des elfes de la nuit et la chute de la civilisation trolle (De 15000 à un peu plus de 10000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Mais tandis que les empires trolls cherchaient à étendre toujours plus loin leurs territoires, de petites tribus de trolls sombres choisirent de s'installer à l'écart de leurs semblables à l'ouest dans un réseau de profondes cavernes situées sous le mont Hyjal. Ces individus supportaient mal la lumière du soleil et préféraient rester dans leurs abris souterrains pour ne sortir que la nuit, ce qui eut pour effet de changer leur couleur de peau, passant du bleu à des nuances de gris. Par ailleurs, ils n'étaient nullement intéressés par les conquêtes et la gloire et privilégiaient l'harmonie avec la nature. Peu à peu, ces trolls migrèrent vers le centre du continent où ils tombèrent sur une multitude de créatures mystiques, telles les dryades ou les dragons féeriques, mais surtout sur un immense bassin d'énergie dont ils apprendraient plus tard que c'était le Puits d'éternité. Fascinés par cette découverte, ils s'installèrent sur le rive du lac dont les eaux magiques transformèrent progressivement leurs corps pour en faire des créatures dotant d'une grande longévité et extrêmement intelligents qu'on appellerait plus tard kaldorei, "enfants des étoiles" dans leur langue ou encore elfes de la nuit. Cette nouvelle race attira l'attention de dieux sauvages comme Cénarius qui se lièrent d'amitié avec ces derniers et leurs enseignèrent la voie de la nature, et c'est ainsi que pendant plusieurs siècles, la nouvelle société elfe se développa en parfaite harmonie avec la nature.[12]

Empire des elfes de la nuit

Carte présentant l'empire elfe de la nuit à son apogée sous le règne de la reine Azshara

Mais progressivement, des individus obsédés par la puissance du Puits d’Éternité firent leur apparition avec pour ambition de lever le voile sur ses secrets. Sous le règne de la reine Azshara, ce groupe, plus tard connu sous le nom de quel'dorei ou "biens-nés" dans la langue des des elfes, se développa pour former une caste de puissants sorciers maîtrisant à la perfection la magie des arcanes. Puis au fil des années, l'empire elfe de la nuit se lança dans une politique expansionniste jusqu'à devenir le plus vaste et prospère au monde. Enhardis par leur puissance, ils délaissèrent progressivement la diplomatie au profit de la guerre et commencèrent à mépriser toutes les autres cultures d'Azeroth. Les empires trolls furent les seuls à véritablement s'opposer aux elfes par la guerre, mais malgré leurs talents de chasseurs, ils ne faisaient pas le poids contre la magie dévastatrice des biens-nés et furent contraints de signer un traité de paix dans lequel les trolls étaient autorisés à conserver certaines portions de leurs anciens empires et les monts sacrés de Zandalar en échange de l'arrêt des hostilités. Cet évènement marqua le début d'une haine entre les deux races qui persiste encore aujourd'hui.[13]


La guerre des Anciens et ses conséquences (10000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Mais l'utilisation constante des énergies du puits d’Éternité envoya un flux ininterrompu d'énergie à travers l'espace qui attira l'attention de la légion ardente qui commença l'invasion d'Azeroth avec pour principal objectif de la détruire. C'est ainsi que démarra la Guerre des Anciens opposant les démons, soutenus par Azshara et les biens-nés, aux elfes de la nuit rebelles menés par Kur'Talos Corvaltus, Tyrande Murmevent et les frères jumeaux Malfurion et Illidan Hurlorage, aidés par les dieux sauvages et les vols draconiques. Le conflit se solda finalement par une victoire décisive des rebelles qui scellèrent le principal portail emprunté par les démons au cœur du Puits d’Éternité, mais le flot constant d'énergie au sein du lac eut pour conséquence une explosion cataclysmique au centre de Kalimdor, plus tard nommée la Grande fracture, qui engloutit la majeure partie du vieux continent, fragmenta ce qu'il en restait en quatre gros morceaux et une multitude d'archipels et détruisit le bassin d'énergie pour donner naissance à un tourbillon infernal plus tard baptisé le Maelström situé au centre de la Grande Mer, une nouvelle étendue d'eau qui séparerait ce qu'il restait du continent, jadis si vaste à tout jamais.

Monde fracturé

Carte présentant Azeroth après la Grande Fracture

Les conséquences de ce conflit furent catastrophiques pour toute la civilisation trolle, non seulement les tribus virent une partie de leur population décimée par la cataclysme, mais en plus de cela, ils perdirent d'immenses bandes de terres qui reposaient désormais sous l'océan, d'autant plus que certains empires furent démantelés par la séparation des nouveaux continents. La majeure partie de l'empire Zandalari fut engloutie, tout comme les monts zandalar dont seuls les plus hauts pics subsistaient pour former une île. L'empire Amani qui occupait de vastes bandes de terres au nord-ouest n'occupait plus que le nord du nouveau continent des Royaumes de l'Est. L'empire Drakkari vit son empire séparé en deux par la Grande Fracture, la majeure partie se situant désormais dans les terres gelées du Norfendre tandis que deux tribus de trolls des glaces se retrouvaient piégés dans les Royaumes de l'Est. Ainsi la tribu Crin-de-Givre se retrouvait désormais en Dun Morogh tandis que les Hache-d'hiver vivaient à présent dans la vallée d'Alterac. Mais ce sont les Gurubashi qui payèrent le plus lourd tribut. En effet, d'une part, les trolls installés à l'ouest dans l'actuel désert de Tanaris se retrouvèrent isolés du reste de l'empire Gurubashi au sud du nouveau continent de Kalimdor à l'ouest de la Grande Mer, devenant des trolls des sables sous l'effet du climat aride avant de renommer leur groupe la tribu des Farraki ou des Furie-des-sables dont Zul'Farrak, bâtie des millénaires plus tôt, en devint la capitale. Mais d'autre part, ce qu'il restait de l'empire Gurubashi, désormais localisé dans les jungles luxuriantes de Strangleronce au sud des Royaumes de l'Est, se retrouva amputé de vastes terrains de chasse et d'agriculture, désormais engloutis sous les flots. Cela se solda par une famine généralisée qui fragilisa d'avantage les tribus de trolls des jungles pendant encore de nombreuses années, l'enfonçant d'avantage dans le chaos.


La fondation de Quel'Thalas (6800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Bannis du reste de la communauté kaldorei, craignant qu'une nouvelle utilisation massive de la magie arcanique n'attire de nouveau la légion ardente, un groupe de biens-nés menés par Dath'Remar Haut-Soleil choisit de prendre la mer à la recherche d'un nouveau foyer. Ils finirent par accoster dans la région de Tirisfal et voyagèrent vers le Nord à la recherche d'une région où se croisaient d'importantes lignes telluriques mais de ce fait, ils commencèrent à s'aventurer à l'intérieur de l'empire Amani. Ces derniers vouaient toujours une haine féroce envers les elfes depuis le règne d'Azshara et commencèrent à mener des embuscades contre l'expédition bien-née. Mais en dépit de nombreux escarmouches, cette dernière finit par atteindre l’extrémité nord des Royaumes de l'Est où se croisaient d'importantes lignes telluriques et y versèrent le contenu d'une fiole contenant des eaux magiques du Puits d’Éternité prélevées par Illidan peu avant la Grande Fracture. De là ils créèrent le Puits du Soleil et bâtirent le royaume de Quel'Thalas autour de cette nouvelle source d'énergie. Mais ils attisèrent de ce fait d'avantage la colère des trolls dont les terres du nord étaient d'anciennes ruines amani considérées comme sacrées et multiplièrent les batailles contre les elfes qui arrivèrent systématiquement à les contenir de justesse grâce à leur maîtrise des arcanes. Finalement, ces derniers firent construire un ensemble de pierres runiques monolithiques à la frontière de leur nouveau royaume formant la barrière Ban'dinoriel ou "gardien de la porte" en langage elfique, empêchant le flot d'énergie d'attirer l'attention des démons et éloignant les trolls superstitieux qui finirent par se replier dans la ville-temple de Zul'Aman.[14]


Les guerres trolles, première partie : Le siège de Quel'Thalas (2800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Guerres trolles

Carte présentant les différentes factions installées au nord des Royaumes de l'Est avant les Guerres trolles

Tandis qu'au nord et au sud de l'empire Amani prospéraient respectivement le royaume haut-elfe mené par Anasterian Haut-Soleil et le jeune empire d'Arathor avec le roi Thoradin à sa tête, les trolls planifiaient leur revanche dans la ville-temple de Zul'Aman. Malheureusement ces derniers manquaient d'un puissant chef pour les maintenir unis et des querelles internes commencèrent à menacer toute la tribu, mais leur chance tourna quand la tribu zandalari entra en contact avec eux. Ces derniers, soucieux de restaurer la gloire de la civilisation trolle malgré les ravages de la Grande Fracture, virent en l'empire Amani une occasion d'étendre leur influence dans les Royaumes de l'Est et envoyèrent un groupe de sages émissaires sur place. Là-bas, ils promirent aux Amani de leur offrir leur aide en les aidant à écraser le royaume de Quel'Thalas et nommèrent l'intrépide Jintha à la tête de la tribu.

Dans un premier temps, les trolls commencèrent à envoyer des groupes en dehors des forêts à la frontière du royaume magique pour livrer des escarmouches pour tester les forces ennemies tout en prenant soin de dissimuler les leurs. Devant le succès de ces premières opérations, la tribu décida qu'il était temps de se lancer dans une guerre totale. Sans avertissement, des dizaines de milliers de féroces guerriers surgirent des forêts accompagnés de monstrueux demi-dieux loas qui les imprégnaient d'une puissance surnaturelle. Malgré leur maitrise de la magie arcanique, les hauts-elfes se retrouvèrent dépassés par l'ennemi et furent contraints de reculer, cédant d'immenses bandes de terres que les trolls dévastèrent tandis qu'ils s’apprêtaient à leur donner le coup de grâce.[15]


Les guerres trolles, deuxième partie : Le feu des cieux (2800 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Devant l'urgence de la situation, le roi Anastarian Haut-Soleil dépêcha des émissaires vers Strom, la capitale de l'empire d'Arathor, et racontèrent à Thoradin les évènements du siège de Quel'Thalas. Jusque là réticent à l'idée de s'engager dans un conflit potentiellement meurtrier contre les trolls, il prit conscience que ses sujets n'auraient aucune chance seuls face à la puissance de l'empire Amani. Il accepta alors d'offrir un soutien militaire en échange de l'envoi de sorciers hauts-elfes chargés de former 100 mages humains. Malgré sa méfiance, Anasterian accepta l'offre et s'empressa de dépêcher certains de ses magiciens pour transmettre leur savoir arcanique tandis que les humains construisaient un bastion dans les montagnes d'Alterac ainsi que quelques forts rudimentaires non loin des clairières de Tirisfal dans l'optique d'une future offensive contre les Amani.

Une fois la formation terminée, 20 000 soldats humains se rassemblèrent à Alterac et commencèrent leur marche vers la frontière sud de l'empire amani avec à leur tête le roi Thoradin tandis que ses généraux Ignaeus Trollemort et Lordain servaient d'avant-garde en massacrant les éclaireurs et en détruisant leurs avants-postes. Ils commencèrent alors à ravager le flanc sud de l'armée trolle tandis que les hauts-elfes menaient en parallèle une offensive au nord, attaquant les trolls sur deux fronts. Confiant malgré ce revers, Jintha ordonna alors à ses troupes de se tourner vers le sud pour écraser les humains avant de rediriger toutes ses forces vers Quel'Thalas. L'armée humaine choisit alors de se replier vers le bastion d'Alterac, tandis qu'en parallèle, Anasterian harcelait l'arrière-garde amani. Ce plan ne put être accomplis que grâce au sacrifice de Lordain et de ses 500 meilleurs guerriers qui retinrent les trolls suffisamment longtemps pour permettre à Thoradin d'atteindre la forteresse.

Mages humains déchaînent leurs pouvoirs sur les trolls Amani

Illustration de la tempête de feu incantée par les mages humains durant la bataille opposant l'empire d'Arathor et le royaume de Quel'Thalas aux trolls Amani à la forteresse d'Alterac

Un matin brumeux, les amanis s'abattirent sur les armées humaines qui, malgré leur infériorité numérique, combattirent avec une ténacité inattendue tandis que les hauts-elfes ouvraient un second front au nord. Au bout de plusieurs jours de combat, quand les rangs ennemis étaient suffisamment éclaircis, Thoradin déploya les 100 mages humains. Mais au lieu d'attaquer individuellement, ces derniers incantèrent tous ensemble un puissant sortilège qui déchaina une violente tempête de feu qui ravagea les armées de la tribu, tua Jintha et décima son état-major. Démoralisés par la mort de leur chef, les survivants rompirent les rangs et battirent en retraite avant de se faire traquer et massacrer par les armées humaines et hauts-elfes. Les zandalari, jusque-là confiants dans leur victoire, furent terrassés par cette cuisante défaite et rentrèrent à Zandalar dans l'incrédulité et la honte et durent faire face à la réalité : les Amanis, une des plus puissantes tribus trolles d'Azeroth venait de tomber.[16]

Démoralisées par cette débâcle, les différentes tribus sous l'influence des Amani firent sécession de leur empire et s'installèrent un peu partout au nord des Royaumes de l'Est. Outre la tribu Amani qui vivait désormais recluse dans la ville-temple de Zul'Aman, les tribus Arbrefeu et Brûleronce voyagèrent vers la partie sud du continent où ils y sont toujours présents en tant que membres de la Horde Noire, les Écorchemousse s'installèrent dans les Sylves de l'Est (aujourd'hui connues comme les Maleterres), les Vengebroche et les Vilebranche s'installèrent dans les Hinterlands et enfin, les Fanécorce s'établirent dans les Hautes-terres Arathies.


La guerre civile des Gurubashi (1500 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres)

Hakkar Ecorcheur-des-âmes

Hakkar, l’Écorcheur des âmes, tel qu'il est représenté dans le jeu World of Warcraft

En parallèle, l'empire gurubashi de Strangleronce continuait de s’effriter, affaiblie par la pauvreté, la famine et les querelles internes. Soucieux de retrouver leur gloire passée, les trolls cherchèrent le soutien des loas. Hakkar l'Écorcheur d'Âmes, répondit finalement à leur appel et leur promit d'aider la tribu à conquérir la moitié sud des Royaumes de l'Est en échange du sacrifice d'êtres vivants. Les trolls qui lui jurèrent loyauté devinrent les Hakkari, massacrèrent les gnolls, les murlocs ainsi que les trolls s'opposant à eux avant de sacrifier les survivants. Ainsi ils purent conquérir de vastes terrains au sud du continent ainsi que quelques îles côtières. Les Zandalari observèrent ces évènements au loin et bien qu'ils étaient au départ ravis de voir les Gurubashi recouvrer leur puissance d'antan, ils finirent par comprendre que la soif de sang d'Hakkar ne pourrait jamais être étanchée et firent voile vers Strangleronce pour l'arrêter. arrivée sur place, ils tombèrent sur des Gurubashi opposés au loa et apprirent que ses plus fidèles prêtres, les Atal'ai, cherchaient à invoquer l’Écorcheur des âmes au cœur de Zul'Gurub. Les Zandalari prirent alors d'assaut la capitale Gurubashi et au bout de plusieurs jours de combats acharnés, Hakkar et ses fidèles furent vaincus.

Mais quelques prêtres parvinrent à s'enfuir dans le marais des Chagrins où ils bâtirent le temple d'Atal'Hakkar où ils continuèrent de pratiquer leur culte et tentèrent d'invoquer à nouveau le loa du sang. Mais leur magie ténébreuse défigura la faune et la flore autour du temple, ce qui attira l'attention de l'Aspect dragon vert, Ysera. Ayant appris les intentions des Atal'ai, les dragons verts déchainèrent leurs pouvoirs sur le temple et mirent en pièce ses fondations, ce qui enfonça la ziggourat dans le bourbier marécageux, devenant ainsi connue comme le Temple englouti. Les derniers survivants trolls se dispersèrent dans les marais tandis qu'Ysera ordonnait à certains membres de sa progéniture de surveiller les ruines afin de s'assurer qu'elles ne soient plus jamais investies.[17]

La conséquence principale de ce conflit fut la dissolution de l'empire Gurubashi, la tribu du même-nom, retranchée au sein de Zul'Gurub perdant son influence sur les autres tribus des trolls des jungles. Outre les Atal'ai installés dans le Marais des Chagrins, les tribus Scalp-rouge et Casse-crâne s'installèrent au nord de la Vallée de Strangleronce où elles ne cesseraient de se battre entre elles. Mais les tribus Sombrelance et Briselance, trop faibles pour rivaliser avec les autres trolls, choisirent de prendre la mer. Les Sombrelance accostèrent sur une île à proximité du Maelström où ils fondèrent leur nouveau foyer tandis que les Briselance poursuivirent leur voyage jusqu'au nord-ouest de Kalimdor et s'établirent au nord de Sombrivage, dans une petite zone aujourd'hui connue comme la Vallée des Briselances.


Après la Porte des ténèbres

Zuljin

Zul'jin, un troll des forêts

Avec l'ouverture de la Porte des ténèbres, de nouvelles factions firent leur apparition sur Azeroth.

Pendant la Deuxième guerre, les trolls des forêts réunis par Zul'jin rejoignirent l'ancienne Horde des orcs, qui leur avait promis la récupération de Quel'thalas. Mais les orcs échouèrent, et la plupart des tribus trolls des forêts quitta la Horde dès qu'elle fut vaincue par l'Alliance de Lordaeron. Des années plus tard, après que les elfes de sang aient rejoint la nouvelle Horde, Zul'jin déclara la guerre à ses anciens alliés et ses ennemis ancestraux. Il s’apprêta à attaquer Lune-d'Argent avec des armées Amani, mais des aventuriers l'en empêchèrent, empêchant une nouvelle alliance des trolls de la région.

Au début de la troisième guerre, une autre tribu rejoint la nouvelle Horde de Thrall. Les trolls des jungles de la tribu Sombrelance avaient été expulsés de Strangleronce et s'étaient installés sur une île proche du Maelström. Harcelés par les attaques d'humains de Kul Tiras et de murlocs, ils partirent avec les orcs à Kalimdor. Après la Troisième guerre, les Sombrelances bénéficièrent de leur partenariat avec la Horde et, malgré la perte répétée de leur foyer, se développèrent pour devenir l'une des plus puissantes tribus trolles.

À la même époque, des prêtres Atal'ai et Hakkari retournèrent à Zul'Gurub, dans le but d'invoquer à nouveau le dieu Hakkar. Ils prirent également le contrôle de plusieurs prêtres envoyés par les autres tribus pour tenter de les arrêter. Les Zandalari, soucieux du retour de l'écorcheur d'âmes, envoyèrent dans la vallée de Strangleronce une équipe qui recruta des membres de l'Alliance et de la Horde pour combattre les serviteurs du loa maléfique. Celui-ci fut défait, et les Zandalari se retirèrent.

Moorabi

Moorabi, un troll des glaces

L'empire Drakkari, autrefois le plus faible des empires trolls dissidents, était alors le dernier d'entre eux. Zul'Drak survécut pendant des millénaires, mais fut éventuellement assiégé par le Fléau mort-vivant. Ses défenses tinrent bon, jusqu'à la trahison de l'un des leurs, Drakuru. Voulant désespérément sauver leur royaume de l’effondrement, les trolls de Zul'Drak se retournèrent contre leurs anciens dieux. Ces divinités sont désormais considérées comme une source de pouvoir inexploitée ; leur sang puissant fournit aux trolls le moyen de repousser les serviteurs du roi-liche, qui ont conquis certaines contrées de leur nation. En réponse, les Zandalari se rendirent à Zul'Drak pour protéger les loas et chroniquer la fin de l'empire Drakkari. Bien que les Zandalari purent sauver la plupart des loas, Zul'Drak est maintenant considérée comme perdue au Fléau.

Des trolls des jungles séparés de l'empire Gurubashi par la Fracture construisirent Zul'Farrak, le "joyau de Tanaris", dans le sud de Kalimdor. Mais les attaques d'ogres, des bandits Bat-le-désert, des gobelins du Cartel Gentepression et d'autres étrangers n'en laissèrent plus qu'un désert.

La Tribu Briselance, pendant longtemps neutre, fut séduite par les promesses du chef de guerre Garrosh Hurlenfer et attaquèrent les elfes de la nuit au nom de la Horde. Les elfes répliquèrent, et la tribu fut anéantie.

Les trolls sombres présents au Mont Hyjal furent anéantis par les Marteaux du crépuscule.

Enfin, le Cataclysme fut le coup de grâce pour les trolls. Zandalar, dernière nation trolle encore debout, vit l'Île de Zandalar subir d'importants dommages par les tremblements de terres et raz de marées causés par Aile de Mort. Ils se virent forcés de quitter en masse la capitale, qui menaçait de s'engloutir sous les flots.

La réunification

20110510 wow-patch-4-1-gloire-aux-zandalari-bande-annonce

Zul, un troll Zandalari

Le chaos provoqué par le Cataclysme bouleversa la vision qu'avaient les Zandalari du monde et de leur peuple. Ils décidèrent que, si les trolls de toute race voulaient survivre, ils devraient s'unir et former un nouvel empire. Une réunion entre toutes les tribus trolles fut organisée lors de laquelle le prophète Zul proposa une alliance. Parmi les participants, Daakara des Amani et Jin'do des Gurubashi acceptèrent la proposition, espérant reconstruire leurs empires avec l'aide des Zandalari. Vol'jin des Sombrelances refusa cependant de trahir la Horde. Celui-ci prévint l'Alliance et la Horde des intentions de Zandalar, qui parvinrent ensembles à contrer les plans de Zul à Zul'Aman et Zul'Gurub.

Mais cet défaite ne stoppa pas le nouvel empire. Quand le brouillard mystique entourant la Pandarie s'estompa, la curiosité des Zandalari fut encore plus attisée que celles de l'Alliance et de la Horde. Les trolls décidèrent de faire de la Pandarie leur nouvelle patrie, et lancèrent une importante force d'invasion. Ils renouèrent également le contact avec leurs anciens alliés les mogu, et les aidèrent contre les peuples indigènes et les armées Alliance et Horde. Maintenant rejointe par les Drakkari et les Farakki, l'alliance Zandalarienne entreprit de retrouver le corps de l'ancien empereur mogu Lei Shen, et le ramenèrent à la vie dans son palais sur l'Île du tonnerre.

Parallèlement, les Zandalari continuent d'essayer de rallier les tribus indépendantes, comme les Crins-de-givre de Dun Morogh.

Culture

Les trolls d’Azeroth sont des créatures sauvages et primitives : ils sont célèbres pour leur cruauté, leur penchant pour la magie noire et leur xénophobie manifeste.

Cannibalisme

Note: ici, "cannibalisme" est utilisé pour parler de la consommation de la chair d'autres êtres intelligents, et pas d'autres trolls.

La plupart des trolls semblent être cannibales. Cette pratique est confirmée pour plusieurs tribus, dont les Écorchemousses et les Vilebranches. C'est également le cas pour toutes les tribus de trolls des glaces. Les trolls des sables, des forêts et des jungles sont souvent cannibales, mais ce n'est pas systématique. La rumeur prétend que même les mystérieux trolls sombres sont cannibales.

Il existe plusieurs exceptions notables. Les Zandalar et les Vengebroches, par exemple, ne consomment pas de chair d'autre espèces. La tribu Sombrelance était cannibale jusqu'à ce qu'elle rejoigne la Horde, mais depuis, elle a officiellement renoncé à cette pratique.

Vaudou

Tous les trolls ne pratiquent pas le vaudou, mais il est au moins aussi répandu parmi eux que le cannibalisme. On ne sait pas grand-chose de l'apparition du vaudou chez les trolls, car les tribus qui savent à quoi s'en tenir ne partagent pas leurs informations avec les étrangers. Toutefois, avec l'arrivée récente des trolls Zandalari sur l'île de Yojamba, plusieurs chercheurs célèbres ont commencé à se demander si les Zandalari n'en seraient pas à l'origine.

Les trolls vénèrent les « loas », de puissants esprits qui peuplaient le monde avant même l’arrivée des titans. Il en existe de nombreuses sortes, faibles comme extrêmement puissantes. La plupart n’ont pas de forme, d’autres, à l’inverse, peuvent apparaître sous les traits d’animaux ou de créatures[18]. Ils peuvent accorder des dons prodigieux tout comme infliger de terribles châtiments.[19] Pour les apaiser, les prêtres trolls offrent aux loas des sacrifices d'animaux et d'êtres intelligents. En récompense, les loas accordent des bénédictions aux trolls qui leurs sont fidèles.

Hostilité

Les trolls sont des êtres très isolés. La plupart des tribus ne parlent aucune des langues communes, sont très territoriales et très hostiles aux étrangers qu'ils attaquent à vue. Beaucoup de trolls voient les autres races avec dédain, et ne collaborent avec quelqu'un que pour éliminer un adversaire plus méprisé encore.[20]

Langue

Les trolls de toute tribu parlent le Zandali comme langue principale. Certains ont également appris l'orc ou le commun. À noter que les trolls parlent en général avec un accent jamaïcain.

Momification

Plusieurs tribus pratiquent la momification de leurs morts, telles que les Furies-des-sables[21] et les Amani [22]. En lien avec cette pratique, les trolls pratiquent également la nécromancie pour réanimer les corps momifiés[23].

Dressage des bêtes

Les trolls apprivoisent de nombreux animaux sauvages, dont les ours, serpents des vents et mammouths, mais surtout des reptiles comme des raptors ou des navrecornes. Depuis l'aube des temps, les trolls chassent avec des raptors capturés pendant un rite de passage[24]. En général, les trolls mettent des années à s'entendre avec ces créatures malignes, mortelles et loyales.[25], mais parfois, afin d'accélérer et faciliter le processus, ils lient l'âme des bêtes à des fétiches. C'est également la méthode utilisée pour contrôler les dinosaures les plus dangereux, comme les diablosaures.[26]

Races de trolls

Troll Subspecies

Troll des Jungle ; Troll des Fôrets ; Troll des glaces ; Troll des sables ; Troll Sombre et Troll Mort-vivant

Évolution des trolls

Liens de parenté entre les différentes races


Il existe plusieurs races de trolls, la plupart divisées en plusieurs tribus. Certaines de ces tribus fondèrent des empires auxquels elles donnèrent leur nom.

Trolls Zandalari

Les trolls Zandalari sont les trolls originaux, ceux dont toutes les autres races de trolls descendent. Ils tentent aujourd'hui de réunir tous les trolls dans un même empire en Pandarie.

Une seule tribu de Zandalari existe, la tribu Zandalar, basée sur l'Île de Zandalar.

Trolls des forêts

Les trolls des forêts, descendant de l'empire Amani, se trouvent principalement en Lordaeron et en Quel'thalas. Leur capitale est Zul'Aman.

Il en existe plusieurs tribus :

Trolls des jungles

Les trolls des jungles descendent de l'empire Gurubashi et se trouvent principalement dans la région d'Azeroth et sur certaines îles des mers du Sud. Une tribu notable est la tribu Sombrelance qui fut chassée du continent, s'installa sur une île proche du Maëlstorm puis rejoint la Horde et est maintenant basée sur les îles de l'écho, en Durotar.

Il en existe plusieurs tribus :

Trolls des glaces

La majorité des trolls des glaces se trouve autour de la nation de Zul'Drak, en Norfendre, mais des tribus ont également été observées dans des régions enneigées des Royaumes de l'Est (à Dun Morogh et dans la vallée d'Alterac).

Il en existe plusieurs tribus :

Trolls des sables

Les trolls des sables sont les descendants de trolls des jungles qui furent séparés du reste de l'empire Gurubashi par la Grande fracture. Ils vivent dans le désert de Tanaris. Leur capitale est Zul'Farrak.

Une seule tribu existe: la Tribu Furie-des-sables, aussi appelée tribu Farakki.

Trolls sombres

Les trolls sombres sont des trolls mystérieux, très rarement observés et plus primitifs que les autres. Ils auraient apparemment tous été massacrés par le Marteau du crépuscule.

Un seul groupe a été formellement identifié, le Clan Crocs-d'ombre au Mont Hyjal.

Notes

  • Les trolls sont des créatures originaires de la mythologie nordique. Déjà, ce terme était utilisé pour parler de différentes créatures très différentes les unes des autres. Au fil des siècles, ces différences ont été accentuées par les échanges culturelles, les traductions diverses, la propagation du folklore dans d'autres pays et la christianisation de la Scandinavie. Dans la culture populaire, les trolls sont représentés de manière très variée, allant du géant sanguinaire et stupide au lutin amical.

Références

  1. Le Jour du Dragon
  2. Jardinière en forme de crâne
  3. Manuel des trolls/Les trolls des forêts
  4. Manuel des trolls/Les trolls des jungles
  5. Demandez aux CDev
  6. Paroles du Conclave : Xal'ath, lame de l'empire noir : Chapitres 2 et 3
  7. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : L'empire de Zul et l'éveil des aqir : Pages 70 à 74
  8. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : Les deux empires : Page 82
  9. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : La chute du tonnerre : Pages 85 à 87
  10. La création de l'ordre du Serpent-nuage : Pages 5 et 6
  11. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : L'invasion zandalari : Pages 91 à 93
  12. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : Le Puits d’Éternité et l'éveil des elfes de la nuit : Pages 93 et 94
  13. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 3 : Ancienne Kalimdor : La reine Azshara : Pages 95 à 98
  14. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 4 : Un nouveau monde : La fondation de Quel'Thalas : Pages 120 et 121
  15. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 4 : Un nouveau monde : Les Guerres trolles, partie 1 : Le siège de Quel'Thalas : Page 129
  16. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 4 : Un nouveau monde : Les Guerres trolles, partie 2 : Le feu des cieux : Pages 130 et 131
  17. World of Warcraft - Chroniques (volume 1) : Chapitre 4 : Un nouveau monde : La guerre civile des Gurubashi : Pages 138 et 139
  18. Les ombres des loas
  19. Le jugement
  20. Manuel de Warcraft III: Reign of Chaos
  21. Zombie de Zul'Farrak
  22. Restes de troll momifié
  23. Les jujus trolls
  24. La force de l'âge
  25. Lier les raptors
  26. Le guide : l'appel des diablosaures

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.