Wikia

Wiki Warcraft

Y'Shaarj

Redirigé depuis Y'Shaaja

3 926pages sur
ce wikia
Commentaires4
Cette page ne respecte pas les standards de qualité du Wiki et doit être corrigé. Il est possible qu'elle comporte des informations fausses, incomplètes ou manquantes. Merci de nous en excuser
Boss
Y'Shaarj
Image de Y'Shaarj
Titre
<La bête à sept têtes>
<la rage déchaînée>
Race
affiliation
Localisation
Statut Mort

Y'Shaarj (se prononce Yah-Sha-Raj) était un Dieu très anciens qui habitait Azeroth, le plus puissant d'entre eux.

Il est dit qu'il est le seul Dieu très anciens à avoir été tué par le titan Aman'thul, voyant que la créature repoussait avec facilité les soldats du Panthéon. Son cœur fut emprisonné dans un coffre sous le Val de l’Éternel printemps et gardé par une création des titans, Norushen.

Plus tard, il fut découvert par la Horde et restauré par Garrosh en utilisant la puissance des bassins magique du Val de l’Éternel printemps avant de l'emporter dans le Fort-du-Gouffre à Orgrimmar. Au cours du combat final de Garrosh contre ses opposants lors du siège d’Orgrimmar, il utilisa le cœur pour augmenter son pouvoir. Lorsque Garrosh fut vaincu, la puissance du cœur se dissipa, effaçant les reste de la corruption d'Y'Shaarj. Le drainage des derniers vestiges de sa puissance a apparemment anéanti le cœur.

Y'Shaarj est à l'origine des Sha.

Histoire

Avant l'ordonnance d'Azeroth

Habitant les régions qui plus tard deviendront la Pandarie, la race des Mantides vénéraient les sept têtes d’Y’shaarj. Les Titans le tuèrent mais dans son dernier souffle, il maudit la Pandarie en l'infestant avec les sha, son ombre. Y'Shaarj dit avoir consommé l'espoir et recraché le désespoir... Inhalé le courage et expiré la crainte

Résurrection

Sur les ordres de Garrosh Hurlenfer, les ingénieurs gobelins commencèrent des fouilles dans le Val de l’Éternel printemps, à la recherche d'un mystérieux artefact mais ils découvrirent bien plus que ce qu'ils envisageaient. Une ancienne puissance émanant des profondeurs terrorisa l'équipe d'exploitation minière qui prit la fuite. Des aventuriers de la Horde furent appelés pour récupérer le fruit de l’excavation. En s'engouffrant dans la mine, ils durent combattre des gouttes du Sang de Y'Shaarj qui leur barrait la route. Finalement en faisant sauter la dernière paroi rocheuse, il parvint a une chambre souterraine qui contenait un énorme coffre suspendu par des chaines et qui contenait le Cœur de Y'Shaarj.[1]

Le cœur en possession de Garrosh, il le restaura en utilisant la magie divine des bassins du Val de l’Éternel printemps. Heureusement, le dieu ne fut pas entièrement ressuscité[2]. Le cœur fut transporté dans le Fort-du-Gouffre à Orgrimmar, nouveau repaire de Garrosh.

Après la défaite de Garrosh, le cœur défailli et laissa derrière lui une Respiration pénible, le dernier souffle d'Y'Shaarj  emportant avec lui l'existence de l’influence, la corruption et la vie du Dieu très ancien.[3] Avec la mort des sept Sha primordiaux et la destruction de son cœur, il ne reste plus rien de son pouvoir.

Hearthstone

100px-Hearthlogo.png
Cet article ou section contient des informations exclusif à Heartstone: Heroes of Warcraft. Gardez à l'esprit que leurs canonicité reste à déterminer.

La rage d’Y’Shaarj

Autrefois à la tête du plus grand empire qu’Azeroth ait jamais connu, Y’Shaarj est le Dieu très ancien le plus imposant de tous. Douée d’une merveilleuse malveillance, cette entité a toujours été un véritable cerveau sur le plan politique, capable de lever des armées de serviteurs aussi dévoués qu’hideux pour mener à bien ses desseins. Un talent qui impressionnait même les autres Dieux très anciens !

Mais même avec un tel pouvoir à portée de tentacule et une jolie cité érigée en son honneur, Y’Shaarj a toujours brassé une certaine colère intérieure. Après tout, qui ne serait pas un tantinet contrarié de se voir réduit en pièces et éparpillé un peu partout pendant que de minables mortels s’amusent à planquer votre cœur en Pandarie ? Ces évènements déchirants du passé d’Y’Shaarj expliquent pourquoi le Dieu très ancien est du genre rabat-joie. Son (dernier) souffle, par ailleurs plutôt fétide, peut non seulement balayer des pièces entières, mais aussi des continents ! Malgré une hygiène douteuse, Y’Shaarj a le don de conquérir les cœurs et de faire changer les mentalités : même la plus entêtée des créatures ne peut s’empêcher de le suivre au combat.

Marque d’Y’Shaarj Quel serviteur de druide pourrait refuser la marque du Dieu très ancien le plus puissant de tous les temps ? Y’Shaarj a hâte de dévoiler sa nouvelle collection printemps-été. Certes, il va falloir souffrir pour être beau, mais cet ensemble de globes oculaires et de tentacules sera du meilleur goût pour un style méchamment monstrueux. Si vous ne tournez pas de l’œil, vous allez faire des ravages en société !

Ancien héraut Comme Y’Shaarj, les Dieux très anciens aiment terriblement les entrées remarquées, et personne n’annonce une apparition comme l’Ancien héraut. Ce sectateur hors-norme se targue de ne convoquer que les plus puissants invités de la taverne. Les simples mortels peuvent bien attendre et faire la queue, l’Ancien héraut s’assure toujours que les Dieux très anciens reçoivent le traitement VIP qui leur est dû.[4]

Légende Mogu

Une légende, toujours embellie, marque de son empreinte l’art et la littérature mogu. C’est celle de l’Ombre, la Tempête et la Pierre. Vous trouverez ci-dessous les grandes lignes de la plus ancienne transcription du récit connue à ce jour :

De la créature à sept têtes

Émanaient sept souffles.

Les terres exhalaient l’Ombre

Et cette masse noircissait les cieux.

Suprême était l’être ancien ;

Nul n’osait provoquer son courroux.

Jusqu’à l’arrivée de la Tempête.

Vint d’abord le tonnerre, puis la Pierre.

Le tonnerre était la voix de la Tempête,

La Pierre, son arme.

Des éclairs déchiraient le ciel. 

L’Ombre fuyant leur lumière.

La Pierre frappait les têtes de la créature.

L’Ombre envahissait les terres et la voûte céleste.

Répandant un sentiment de peur et de rage qui jamais ne disparaîtrait.

La volonté de la Tempête était accomplie.

La Pierre avait servi sa cause.[5]

Notes

Galerie

Références